Macron et Merkel s'accordent sur la création d'un budget de la zone euro

Macron et Merkel s'accordent sur la création d'un budget de la zone euro©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 20 juin 2018 à 05h33

Véritable serpent de mer de la construction européenne, le principe d'un budget spécifique pour la zone euro a été entériné mardi soir par Emmanuel Macron et Angela Merkel, qui se sont longuement rencontrés près de Berlin... Par ailleurs, le président français et la chancelière allemande se sont engagés à mieux maîtriser les flux migratoires vers l'Europe.

Le budget de la zone euro aura pour objectif d'améliorer la compétitivité de la zone euro mais aussi de stabiliser l'économie de la région en cas de choc. "Nous rentrons dans une deuxième étape de notre monnaie unique" s'est félicité le président français, qui a porté ce projet de budget en tant qu'instrument de convergence des économies et de stabilisation de la zone euro.

Le montant et la gouvernance restent à préciser

Le budget devrait entrer en vigueur dès 2021, et serait alimenté annuellement par des contributions nationales ou par l'allocation de taxes spécifiques. Le projet sera présenté les 28 et 29 juin prochains aux 17 autres pays européens.

Son montant et sa gouvernance n'ont pas été précisés à ce stade, mais l'Allemagne, qui s'est opposée pendant des années à ce projet, a prévenu par la passé que cet instrument devrait être financièrement limité et ne pas dépasser quelques milliards d'euros.

Vers un Fonds monétaire européen

L'Allemagne continue en outre de s'opposer à toute mutualisation de la dette de la zone euro, via l'émission d'obligations communes (eurobonds). En revanche, Berlin a accepté de transformer le mécanisme européen de stabilité (MES) en un fonds monétaire européen, incluant une capacité d'accorder des aides financières à court terme à des pays en difficulté.

En outre, le MES (créé en 2012 pour faire face à la crise de l'euro) devrait être réformé pour être en mesure, en cas de nouvelle crise financière, de sauver des banques à travers une fonction dite de "common backstop".

La crise migratoire menace la coalition d'Angela Merkel

Concernant la crise migratoire, le président français a soutenu la chancelière allemande en refusant, dans le texte final de leur sommet, toute solution "unilatérale et non coordonnée" qui diviserait l'Europe. Les deux dirigeants ont insisté pour oeuvrer de façon coordonnée au niveau européen. Mme Merkel fait face depuis lundi à un ultimatum de 15 jours de la part de son allié bavarois (CSU) , qui menace implicitement de faire tomber le gouvernement si elle ne trouve pas de solution européenne d'ici la fin du mois...

A défaut d'accord, le ministre (CSU) de l'Intérieur Horst Seehofer menace de refouler tous les demandeurs d'asile ayant été enregistrés dans un autre pays de l'UE, le plus souvent l'Italie ou la Grèce, soit la quasi-totalité d'entre eux... L'exécution d'une telle menace mettrait fin à la coalition CDU/CSU-SPD, entraînant la chute de la chancelière et sans doute, l'organisation de nouvelles élections législatives.

Vers des plate-formes hors UE pour sélectionner les migrants

Mme Merkel a annoncé que l'agence Frontex, qui est actuellement chargée de la surveillance des frontières européennes, verra son budget significativement augmenter. La chancelière a insisté sur la priorité donnée à "agir d'abord sur les causes des migrations", via les aides au développement, ou les tentatives de stabiliser les situations politiques outre-Méditerranée. Emmanuel Macron a indiqué que "nous allons travailler ensemble" pour que les migrants "puissent être repris le plus vite possible dans le pays où ils ont été enregistrés".

La chancelière allemande a en outre mentionné l'idée de "mécanismes" destinés à ne laisser entrer en Europe que les migrants susceptibles de bénéficier du droit d'asile et non les "migrants économiques". Cette idée figure déjà dans le document de préparation du sommet européen des 28 et 29 juin, sous la forme de "plate-formes régionales de débarquement", qui seraient situées hors de l'Union Européenne...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU