Macron organise un sommet social à l'Elysée le 17 juillet !

Macron organise un sommet social à l'Elysée le 17 juillet !©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 06 juillet 2018 à 21h48

En recul dans les sondages et critiqué par les syndicats déplorant un manque de dialogue social, Emmanuel Macron a décidé de modifier son approche vis-à-vis des partenaires sociaux.

Le président recevra ainsi les dirigeants syndicaux et patronaux le 17 juillet à l'Elysée pour un sommet social, consacré à une réflexion sur les "mesures de transformation sociale" envisagées pour la rentrée, a annoncé vendredi le porte-parle du gouvernement.

Une première depuis le début du quinquennat

Le plan pauvreté, dont le report de juillet à septembre a été critiqué, figurera à l'agenda des échanges, a précisé Benjamin Griveaux, en rendant compte-rendu du Conseil des ministres, qui s'est tenu exceptionnellement vendredi (au lieu de mercredi) cette semaine.

Ce sera la première fois depuis le début du quinquennat que le président de la République réunira tous les partenaires sociaux après avoir rompu avec cette tradition chère à François Hollande, au grand dam des syndicats. Certains leaders syndicaux, comme Laurent Berger, le numéro un de la CFDT, demandaient depuis des mois au chef de l'Etat d'organiser un tel sommet social.

Pauvreté, apprentissage, retraite et formation au menu

Auparavant, le 11 juillet, les dirigeants de FO, de la CFDT, de la CFE-CGC, de la CFTC et de la CGT, ainsi que le Medef, la CPME et de l'U2P ont décidé de se rencontrer de manière formelle pour évoquer l'avenir du paritarisme et la possibilité de relancer un agenda de négociations interprofessionnelles.

Outre le plan pauvreté, la rencontre du 17 juillet abordera la réforme de la formation professionnelle et de l'apprentissage qui sera adoptée en août au Parlement, ou celle des retraites, a ajouté Benjamin Griveaux.

"Attaquer la pauvreté à la racine"

Le porte-parole du gouvernement a assuré que le plan de lutte contre la pauvreté sera bien mis en oeuvre comme prévu au 1er janvier 2019, même si sa présentation a été reportée de début juillet à septembre. "Le président de la République veut faire (de la stratégie de lutte contre la pauvreté-NDLR) un temps important à la rentrée" et "le plus important pour les gens c'est le temps de la mise en oeuvre, ce sera au 1er janvier 2019 comme prévu", a affirmé Benjamin Griveaux sur la radio 'Europe 1'.

"Ce n'est pas simplement de la mesure d'ajustement, du sauproudrage pour gérer tel sujet ou tel autre, c'est un plan qui est global, qui attaque la pauvreté à la racine", a-t-il précisé.

Aucun rapport avec les matchs de football

L'Elysée a confirmé mercredi que la présentation de la stratégie gouvernementale de lutte contre la pauvreté était repoussée à la rentrée en raison d'arbitrages encore en cours. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a créé un début de polémique en laissant entendre que ce report pouvait être lié au calendrier de la Coupe du Monde football... "Je pense que c'était une maladresse de sa part d'avoir dit cela, évidemment ce n'est pas la raison de fond. La raison de fond c'est qu'il y a des mesures qui sont en arbitrage", a réagi vendredi le député LREM Stanislas Guerini, sur la chaîne 'LCP'.

"Je ne répondrai pas à la petite polémique sur la question du football, si quelqu'un peut sérieusement penser qu'on reporte un plan aussi important en raison d'un match de football, c'est qu'il est dans la polémique", a renchéri vendredi Benjamin Griveaux.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU