Macron veut mieux encadrer l'utilisation des pesticides

Macron veut mieux encadrer l'utilisation des pesticides
agriculture champ colza

Boursier.com, publié le vendredi 23 août 2019 à 20h48

L'arrêté anti-pesticides d'un maire est attaqué par la préfecture d'Ile-et-Vilaine. La justice doit trancher en début de semaine.

Emmanuel Macron veut mieux encadrer l'utilisation des pesticides, dont l'utilisation massive a mené certains maires à contrer la loi. Le tribunal administratif de Rennes a ainsi examiné jeudi le recours de la préfecture d'Ille-et-Vilaine à l'encontre d'un arrêté municipal, jugé illégal, interdisant l'usage des pesticides sur la commune de Langouët. La décision sera rendue en début de semaine prochaine.

Le maire de Langouët, Daniel Cueff, qui comparaissait devant le tribunal, a défendu son arrêté, qui prévoit l'interdiction des pesticides à moins de 150 mètres des habitations ou des locaux professionnels, arguant qu'il était destiné à "protéger" les habitants de sa commune de quelque 600 habitants de molécules jugées dangereuses pour la santé.

Le représentant de l'Etat a de son côté fait valoir qu'il n'était pas dans les attributions d'un maire de prendre une telle mesure, l'autorisation ou non de l'usage de produits phytosanitaires étant l'apanage du ministre de l'Agriculture.

"Il faut arrêter de dire des bêtises"

Interpellé par ce maire sur le site d'informations Konbini, Emmanuel Macron a dit comprendre ses inquiétudes tout en approuvant la démarche du préfet, représentant de l'Etat. "Je le soutiens (le maire) dans ses intentions mais je ne peux pas être d'accord quand on ne respecte pas la loi, c'est normal", a-t-il dit. Au total, une vingtaine de maires de communes françaises ont interdit les pesticides sur leur territoire ces dernières années.

Pour le président, il est urgent de changer les règles sur l'usage de ces produits.

"Il y a des conséquences pour la santé publique, il faut arrêter de dire des bêtises, il y en a", a-t-il dit. "Donc c'est à nous de réussir maintenant à changer la loi, d'avoir des discussions avec les agriculteurs, les producteurs, pour que ça permettre de fonctionner parce que tout ça a un coût pour eux, ça veut dire qu'il doivent mieux encadrer les choses. Je pense qu'il faut le faire maintenant, très vite."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.