Maisons de retraite: la réforme du financement, sujet qui fâche

Chargement en cours
 La réforme du financement des maisons de retraite médicalisées est l'une des principales causes de la mobilisation inédite des personnels des Ehpad, organisée mardi

La réforme du financement des maisons de retraite médicalisées est l'une des principales causes de la mobilisation inédite des personnels des Ehpad, organisée mardi

1/2
© AFP

AFP, publié le lundi 29 janvier 2018 à 18h06

La réforme du financement des maisons de retraite médicalisées est l'une des principales causes de la mobilisation inédite des personnels des Ehpad, organisée mardi. Comment ça marche, qui sont les gagnants et les perdants?

- Comment sont financés les Ehpad?

Qualifié de "kafkaïen" par la députée LREM Monique Iborra, qui a mené en septembre une "mission flash" sur les Ehpad (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), le système repose sur trois sources de financement: 

- le budget "soins", intégralement à la charge de l'Assurance maladie, sert à financer le personnel soignant et les équipements médicaux. 

- le budget "dépendance", financé majoritairement par les départements et en partie par les résidents, sert aux prestations d'aide et de surveillance des personnes âgées en perte d'autonomie (aide-soignants, psychologues ...).

- le budget d'hébergement (hôtellerie, restauration, animation ...) est à la charge du résident qui, en fonction de sa situation financière, peut percevoir des aides publiques. 

La somme restant à la charge des résidents après ces aides a été évaluée à 1.758 euros par mois en moyenne par la Drees, alors que la pension de retraite moyenne est de 1.376 euros bruts.

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de Santé, fait valoir que les moyens alloués aux Ehpad par l'Etat "sont passés en dix ans de 5 à 10 milliards d'euros par an". 

- Que change la réforme?

Votée sous le précédent quinquennat et poursuivie par l'actuelle majorité, la réforme controversée vise à faire converger progressivement, de 2017 à 2023, les budgets des Ehpad publics (43% des établissements) avec ceux du privé sur les enveloppes "soins" et "dépendance".

Présenté comme équitable car basé sur le degré de dépendance des résidents, le nouveau mode de calcul doit, selon la Caisse nationale de Solidarité pour l'autonomie (CNSA), faire gagner globalement en sept ans près de 400 millions d'euros aux établissements. Les trois quarts de ces gains concernent le secteur privé (commercial ou associatif).

Selon le ministère, la réforme ferait, sans mesures de compensation, quelque 80% de gagnants et 10% de perdants, "la majorité dans le secteur public". Elle serait à peu près neutre pour les autres.

Les opposants dénoncent un nivellement par le bas. "Il est inacceptable qu'on prenne à des établissements pour donner à d'autres, dans un secteur notoirement sous-doté", estime Pascal Champvert, président de l'association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA).

Le Syndicat national des établissements et résidences privés pour personnes âgées (Synerpa) défend en revanche une réforme "de bon sens, de simplification, qui prend en compte des paramètres objectifs".

- Quelles conséquences pour les perdants?

La fronde contre la réforme est menée par la Fédération hospitalière de France (FHF), qui estime que le nouveau mode de calcul des budgets "dépendance" va faire perdre 200 millions d'euros en sept ans aux établissements publics et obliger de nombreuses structures en difficulté à réduire leur personnel.

La CNSA estime pour sa part la perte du secteur public sur la partie dépendance à 65,6 millions d'euros, compensée par les gains sur le forfait "soins". 

Face à cet écart entre les estimations, le gouvernement a annoncé qu'un médiateur allait être nommé, pour avoir une idée plus claire du nombre d'Ehpad mis en difficulté par la réforme.

- Que prévoit le gouvernement?

Sur les 110 millions d'euros en plus inscrits au budget 2018 de la Sécurité sociale pour les Ehpad, 10 millions doivent servir à créer des postes d'infirmières de nuit, et 28 millions sont destinés aux Ehpad en difficulté. Pour ces derniers, une enveloppe supplémentaire de 50 millions d'euros a été annoncée la semaine dernière.

Agnès Buzyn s'est engagée à ce que la réforme ne fasse "aucun perdant" et à ce qu'il n'y ait "pas de réductions de postes".

Dans un rapport présenté en décembre à l'Assemblée nationale, les députées Agnès Firmin-Le Bodo (Agir) et Charlotte Lecocq (LREM) recommandaient de "suspendre d'un an" la convergence des forfaits "dépendance", le temps de définir les ajustements nécessaires.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
6 commentaires - Maisons de retraite: la réforme du financement, sujet qui fâche
  • avatar
    du_bidon -

    Que font nos DEPUTES ? pour ne pas avoir vue ou caché le probleme des Ehpads ces représentants du peuple qui pensent plus a faire la féte que des miseres des citoyens Français , aussitot les éléctions ils arretent leur travail alors qu'il commence juste c'est eux les plus fautifs de tous les disfonctionnements ,qu'ils nous rendent des comptes de leurs actions tous les mois dans la presse et par département ou alors qu'ils se retirent

  • avatar
    lolal -

    honte a macron d avoir attaqué les retraités ont sait ils n aime pas les vieux grand manque de respect envers eux qui ont travaillé toute leur vie

    avatar
    mathil -

    Ben si, il aime les personnes âgées, la preuve, il en épousé une.
    Humour noir : autorisez le suicide assité, ça réduire les effectifs (je précise que je suis moi-même âgée et c'est en future usagère que je soutiendrai demain les grévistes)

  • avatar
    GE44 -

    Pour Mme la ministre de la sante et solidarité qui souligne que des efforts ont été faits et sont passes en 10 ans de 5 à 10 milliards, mais peut elle donner le nombre de nouveaux pensionnaires ? les hausses de tva des matières premieres , nourriture chauffage , électricité etc...qui sont pour la plupart le fait des gouvernements en place alors ? Il serait peut être bon de lui enlever ministre de la SOLIDARITE......

  • avatar
    Paparazi -

    Il y a tant à faire dans les maisons de retraites manque de personnel ,de kiné et autres c'est lamentable mais cela ne préoccupe guére Macron qui n'a rien à faire des gens âgés comme des retraités

    avatar
    chocolat70 -

    oui des kiné qui chatouillent les anciens ,

  • avatar
    EOS59 -

    c'est simple ondiminue les retraites avec CSG et autres et apres on vous colle dans une maison de retraites et c'est vos enfants qui devront payer et en plus en fonction des revenus de chaque enfant, si parmi vos enfants il y a un parasite qui ne travaille jamais ou presque c'est celui qui bosse qui paiera comme toujours

    avatar
    cristalin -

    exacte c'est d'une incohérence digne des macrons et socialiste l'art et la manière de prendre des mesures contreproductives

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]