Malbouffe : l'alimentation industrielle une nouvelle fois étrillée !

Malbouffe : l'alimentation industrielle une nouvelle fois étrillée !©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 12 avril 2018 à 21h16

Dans un "Hors série" publié jeudi, le magazine de l'Institut national de la consommation passe en revue plus de 100 produits de grande consommation, et dénonce "les aliments qui empoisonnent".

L'enquête de '60 millions de consommateurs' décrypte ainsi, marque par marque, la quantité de sucres, sels, graisses, additifs, nitrites et pesticides cachés dans des produits de consommation courante.

Jusqu'à 12 additifs dans certains yaourts

Ainsi, certains chocolats en poudre contiennent plus de sucre que de cacao, le ketchup est bourré de sucres cachés, tandis que certains yaourts contiennent des additifs interdits. Il y a ainsi "neuf additifs dans le yaourt Carrefour aux fruits recette crémeuse, sept dans le Taillefine aux fraises, et 12 dans le panier de Yoplait nature sur fruits", précisent les auteurs du hors-série.

"Le mélange de fruits sert en somme de cheval de Troie pour contourner la loi", qui interdit les additifs dans le yaourt lui-même, mais pas dans la préparation à base de fruits, ajoute la revue, qui estime donc que les consommateurs sont purement et simplement "bernés".

Les industriels affirment faire "beaucoup d'efforts" pour produire des aliments sains

De leur côté, les industriels ont réagi en dénonçant ce dossier. L'Association nationale des industries alimentaires (Ania), qui représente 17.000 entreprises françaises du secteur agroalimentaire, a estimé que l'enquête ne fait "qu'alimenter les peurs".

Le dossier "mélange des études sérieuses avec d'autres qui le sont beaucoup moins", dans le but de "faire douter les consommateurs", alors que le secteur fait "beaucoup d'efforts" dans le sillage des Etats généraux de l'alimentation "pour tenir ses engagements afin de parvenir à une alimentation plus sûre, plus saine et plus durable", a indiqué une porte-parole de cette association professionnelle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.