Mali : forte croissance attendue de la production d'or en 2017

Mali : forte croissance attendue de la production d'or en 2017
A lire aussi

La Tribune, publié le samedi 18 novembre 2017 à 13h29

Le gouvernement malien table sur une hausse de sa production industrielle d'or. Le secteur dont la productivité s'est considérablement renforcée pourrait enregistrer une croissance de plus de 40% par rapport à 2016. Des estimations misent sur une production globale (industrielle et artisanale) de 95 tonnes en 2017 contre les 50 tonnes enregistrées en 2016.

L'extraction industrielle d'or au Mali, troisième plus important producteur d'Afrique, devrait dépasser les prévisions initiales de production pour cette année. Une hausse annoncée par le gouvernement malien qui tablait en mai dernier sur une production de 45 tonnes contre 46,9 tonnes extraits par les mineurs industriels en 2016.

Les mines industrielles gagnent en productivité

Bamako s'est pour l'heure contentée d'annoncer une…

Lire la suite sur La Tribune

 
5 commentaires - Mali : forte croissance attendue de la production d'or en 2017
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    Encore de la censure, toujours de la censure injustifiée sur le forum orange
    et bien puisque dans cette rubrique " finance" il semblerait qu'il y ait un bug .....
    référence à l'article :

    Une "marche sur l'Elysée" pour dénoncer la "politique anti-sociale" de Macron
    Statut : refusé
    Il y a 40 minutes
    le 18 11 2017 à 18 47

    C'est dommage qu'ils ne soient accompagnés d'intellectuels de gauche, ça aurait tout de même plus d'allure. Mais ou se cachent donc les intellectuels Français? Il en existe encore au moins ?
    C'est lamentable! Les élites se cachent ! Les intellectuels « concernés » et engagés sont cachés se planquent.... dans quelle crypte idéologique se terrent les perpétuels « artisans de la paix »

  • avatar
    yvona -

    Un exploit entre guillemets
    cet extraction se fait avec une grosse pollution aux acides et au mercure, les populations locales sont en danger,
    on les spolie de leurs terres et de leur qualité de vie, ppour le plus grand profit des sociétés minières et de leurs acolytes qui gouvernent le pays

  • avatar
    perepenard -

    Ils vont pouvoir nous rembourser quelques milliards ?

  • avatar
    jacounet -

    Donc le Mali est , ou va être très riche !

    Tous les Maliens vont pouvoir retourner chez eux et c'est une bonne nouvelle pour nos aides sociales et tous genre qui vont faire des économies !

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    Encore de la censure, toujours de la censure injustifiée sur le forum orange
    et bien puisque dans cette rubrique " finance" il semblerait qu'il y ait un bug .....
    référence à l'article :

    Les lourds chantiers de Castaner à la tête d'En marche
    Statut : refusé
    Il y a 12 minutes
    le 18 11 2017 à 17 53

    Avec des résultats à cette "élection" (moderne et en totale opposition à ces anciennes primaires) ou ses nombreux contradicteurs ont du se soumettre à la dure loi de la démocratie, M. Castaner peut se draper dans un beau costume d'utopie et personne ne remarquera en lui un prodigieux et insoupçonnable propagandiste de l'esclavagisme totalitaire.

    avatar
    yvona -

    si vous ne voulez pas être censuré , dîtes du bien d'en marche.
    Personne dans les grandes sociétés ne veut ternir l'image du monarque

    avatar
    JON-DE-LIONNE -

    Bonjour Yvonna

    déjà en 1995....

    Une utopie s'est brisée, une autre prend le relais : l'amour universel



    « C'était une sorte de psychose de masse, parente de l'hystérie pacifiste du début des années 80, inspirée elle aussi par les mêmes manipulateurs du Kremlin », écrit Boukovski sans trop d'illusions sur ses chances d'être entendu. C'est qu'il ne connaît pas seulement l'ex Union soviétique ou la Russie actuelle. Il connaît aussi l'Occident. Il le connaît mille fois mieux que les occidentaux. Il connaît les États-Unis dont il dresse un tableau d'une magnifique hostilité (p. 332 et s.). Il connaît la Grande-Bretagne. Il connaît l'Europe en général, ses lamentables élites, ses intellectuels « concernés » et ses perpétuels « artisans de la paix ». Où sont-ils aujourd'hui ? Se demande-t-il vers la fin de son livre. Où sont-ils cachés, les nouveaux innocents ?

    « Nulle part, répond Boukovski. Ils sont toujours là. Toujours, éternellement « concernés », les revoici qui, avec autant d'aplomb et de nobles trémolos dans la voix, prêchent leurs mensonges sur l'imparable catastrophe écologique, « l'effet de serre » et les « trous dans la couche d'ozone », comme naguère ils avaient ébranlé les nerfs fragiles des bourgeois en brandissant les horreurs nucléaires. Quant aux dames -- notamment aux États-Unis, mais la contagion gagne... --, elles luttent maintenant pour se libérer à l'échelle planétaire de ces monstres d'hommes et rétablir le matriarcat. Et revoici notre intelligentsia de gauche, passablement mitée, certes, mais toujours sûre d'elle et le coeur brûlant de la même passion. Sans trace de honte ou de doute dans les yeux. Qu'on n'y prenne pas garde, et ces gens-là repartiront de plus belle. Car leur « lutte » n'a pas de fin : s'ils ont échoué à imposer une utopie au pauvre monde, ils essaieront avec une autre. Car peu importe le résultat. Seul compte le processus qui place entre leurs mains un immense pouvoir sur les âmes... »

    Aux yeux de l'ex dissident, nous sommes entrés dans une seconde guerre froide, « avec une nouvelle race d'utopistes coercitifs qui s'efforcent de modifier notre culture, de contrôler notre comportement et, à la fin des fins, nos pensées ». Simplement, le moindre « paix » ne veut plus dire « victoire du communisme dans le monde entier ». Il veut dire monde entier tout simplement : nouvel ordre mondial, intégration européenne, cohabitation forcée, Fraternité obligatoire entre les peuples, suppression de toutes les « discriminations » (jusqu'à la différence des sexes, des âges et même des espèces). Le nouveau totalitarisme est en place. Sa défense de la grande cause de l'humanité en général devrait faire trembler l'homme pris séparément, au lieu de leur réjouir.

    C'est contre lui que se déchaînent les forces de l'amour. Il n'y a pas de petits détails. La prohibition du tabagisme, la persécution des fumeurs, la prolifération de lois démentes (contre le « harcèlement sexuel », par exemple), le féminisme obsessionnel (avec ses quotas), l'écologisme délirant (l'escroquerie de « l'effet de serre »), sont autant d'étapes de la nouvelle oppression.

    D'inépuisables belles âmes envahissent les écrans pour nous annoncer un monde sans frontières et sans carie, une humanité entièrement consacré au nomadisme hilare et à la world music. En France, nous connaissons déjà quelque télévangéliste de choc : mgr Gaillot et Albert Jacquard. Tous les jours, nous arrivent de nouvelles bonnes nouvelles. L'un des plus grands noms de la génétique française, Daniel Cohen, annonce la création d'une association « la science pour la paix ». Une amuse, Muriel Robin, se proclame « comique civique » (Libération des 4-5 novembre 1995). Les conversions se multiplient. Tout va très vite. Même moi, je ne peux pas jurer que je irai demain, avec le même écoeurement qu'aujourd'hui, cette prédiction de l'effrayant « théologien » allemand Eugen Drewermann: « le temps viendra où nous ne serons moralement plus en état de faire la guerre. Du temps, il en faudra probablement encore un peu plus pour que nous cessions d'être en état de tuer et de manger des animaux. Pourtant, nous apprenons au moins déjà peu à peu à éprouver du dégoût là où il convient d'en éprouver. C'est un fort argument en faveur de l'espoir. Reste seulement la question de savoir si nous apprenons assez vite » (3).



    La France, patrie du mauvais esprit, à l'amende



    La conspiration pour le Royaume-de-l'harmonie-et-de-la-fraternité-sous-peine-de-bannissement progresse à grands pas. Nous n'avons déjà plus que des pamphlétaires du geste milieu (un Minc, par exemple). Des justiciers mais sans outrance. Des polémistes centristes. Doseurs de pour et de contre. Redresseur de torts avec modération. Et des romanciers, comme l'Autrichien Thomas Bernhard, qui vocifèrent dans le consensuel là où Léon Bloy tonitruait dans l'absolu. Par ailleurs, il devient facile de reconnaître un écrivain conformiste : c'est celui qui se flatte le plus haut et le plus fort d'être politiquement incorrect. C'est qu'il faut encore croire et faire croire que la cause a des ennemis. Et que s'y lancer à corps perdu relève de l'héroïsme.

    L'alignement des provinces, comme s'exprimait déjà Kojève pour qualifier les événements contemporains, se parachève. La paix définitive est pour ce soir. Ou sinon pour demain. L'éternel repos n'est plus une menace à prendre à la légère. On comprend mieux l'ardeur de Greenpeace à faire rentrer la France dans le mouroir commun. La France, cette petite singularité à balayer. Ou plutôt à domestiquer. À achever de rééduquer. La France qu'on soupçonne de servir encore de refuge, de sanctuaire, à quelques rares mauvais esprit, deux ou trois pervers archaïques, trois ou quatre partisans de l'ironie et de la « part maudite », lointains héritiers sans doute de ceux qui ne figurèrent pas, avant-guerre, de les listes d'innocents de Münzenberg. Voilà la mission civilisatrice de Greenpeace.

    Émancipé du communisme, le mouvement pour la paix, de soviethon qu'il était, mute et s'élargit en fraternithon. Ce n'est plus le stalinisme qui se cache derrière lui, c'est la mondialisation. Au mieux, la « mondification ». L'homogénéisation du monde. Sa mise aux normes touristiques planétaires par indifférenciation de toutes les manières de vivre et de penser. Son but, ce n'est plus l'interdiction des horreurs de la guerre, c'est le monde visitable.

    Ce que veut le jeune pacifiste allemand, australien ou anglo-saxon, c'est une France à prix cassés. Chirac se prend des raclées parce qu'il n'a pas compris ça. Il se croit président de la République, alors qu'il a été élu gardien de musée. Forcément, avec ses tirs nucléaires, il apparaît comme un délinquant aux yeux des nouveaux citoyens du monde en bermuda. Le pacifisme, comme toutes choses, est entré dans l'ère des loisirs. Son souci fanatique et définitif, propre à enflammer les multitudes, c'est la cause des droits de l'homme et du tour-opérator.



    Philippe Muray, in L'Esprit Libre, n°12, novembre 1995

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]