Marine Le Pen affirme être "chassée" de sa banque, HSBC

Marine Le Pen affirme être "chassée" de sa banque, HSBC

La présidente du FN Marine Le Pen à l'Elysée le 21 novembre 2017

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 22 novembre 2017 à 11h37

La présidente du Front national Marine Le Pen dénonce mercredi dans un tweet une "persécution bancaire" qui "devient personnelle", affirmant avoir été "chassée" de sa banque, HSBC.

"La persécution bancaire devient personnelle: M. (Thomas) Vandeville, patron de la HSBC, me chasse de la banque dont je suis cliente depuis 25 ans. Je diffuserai l'enregistrement de la conversation lors de ma conférence de presse à 11H30", a tweeté Mme Le Pen.

"Nous ne débattons publiquement pas de nos relations avec nos clients", a déclaré une porte-parole de HSBC France interrogée par l'AFP. "Les relations que nous entretenons avec eux sont régies par un ensemble d'obligations réglementaires auxquelles nous nous conformons", a-t-elle ajouté.

La présidente du FN doit tenir en fin de matinée une conférence de presse sur le thème "la démocratie française menacée par les oligarchies financières".

Plusieurs responsables frontistes avaient déjà indiqué mardi que la Société générale avait demandé au Front national de clôturer les comptes ouverts dans son établissement.

La Société générale avait fait savoir qu'elle était "tenue au secret bancaire et ne (pouvait) donc s'exprimer sur un dossier privé".

 
445 commentaires - Marine Le Pen affirme être "chassée" de sa banque, HSBC
  • avatar
    jph1 -

    Madame le Pen qui donne des leçons de nationalisme, qui est contre l'Europe, critique tout ce qui est étranger avait son compte dans une banque étrangère la HSBC, c'est la preuve qu'entre ses paroles et ses actes il y a un fossé, comment peut on faire encore confiance à cette personne, je pense que ceci n'est qu'un exemple et qu'elle nous ment en permanence.

  • avatar
    genereux -

    la societe generale prfere avoir des voyous comme clients que le fn je pense que macron estb passe par la malgre qu il est dit de s occupper de cette affaire si le pen etait de gauche je pense que cette banque ne ferait pas des histoires c est ca LA DEMOCRATIE CETTE BANQUE VA POUVOIR FERMER SE SONT DES BANDITS MERCI

  • avatar
    scipionlafricain -

    Aucune surprise, quand on connait la "politique" de la Société Générale...

  • avatar
    rural -

    Dire que mlp et le fn sont les cibles du pouvoir en place et de tous ceux qui le soutiennent ( médias, politiciens et pseudo - experts ) , c' est enfoncer une porte ouverte ( c' est l' unique parti d' " opposition " ) et seuls quelques " gauchistes " teigneux et hypocrites le contestent encore ....... reste à savoir pourquoi cette décision unilatérale de ces deux banques au même moment, car personne ne peut croire qu' il s' agit d' un problème financier du fn ( qui grappille des voix à chaque élection - et pour cause -, ce qui a pour effet d' augmenter ses ressources ! ) quand les autres partis ( comme l' ump carrément ruinée ou le ps obligé de vendre solférino et affichant des résultats catastrophiques - il était temps - ) sont, eux, curieusement épargnés : les plus objectifs et les moins naîfs s' interrogeront sur les affaires juridico - financières que ces banques devront bientôt règler avec le fisc français à la botte d' un certain macron et sur la venue en france de l' eba en provenance d' angleterre et qui n' est autre que le régulateur des banques européennes ( duquel bien sur il vaut mieux être " bien vu " ).......... les autres, les " indécrottables " continueront de baver sur le fn et mlp jusqu' au jour ou le système qui se met en place viendra chercher jusque dans leurs poches l' argent nécessaire à combler les gabegies de ceux qu' ils auront trop longtemps soutenus par idéologie et contre toute logique !!

    avatar
    nyons26 -

    j'en suis malade pour eux , non je rigole !

  • avatar
    JT33 -

    Je ne suis pas en accord avec la plupart des idées du Front National, étant même en opposition sur ses doctrines entretenant l’intolérance et la violence. Pour autant, ce parti politique existe et ne fait pas l’objet d’une interdiction légale… Et tant qu’il ne se révèle pas être d’une idéologie officiellement pro nazie, avec toute la haine et la barbarie dont certains de ses membres ou sympathisants sont soupçonnés d’être nostalgiques, ce parti d’extrême droite a tout autant le droit d’exister que les autres dans une démocratie digne de ce nom. La justice de notre République est seule apte à pouvoir se prononcer, sur des critères légaux bien établis, sur une éventuelle interdiction d’exister pour une association, un mouvement ou un parti politique dont les thèses ou actes se révèleraient contraires à nos lois. En ce sens, sauf à prouver qu’il y ait des agissements graves et contraires aux règlementations bancaires et financières, ce qui implique alors que la justice en soit saisie, aucune banque ne saurait avoir le droit d’exclure un client, fut-il un parti politique ou un membre de ce parti avec des idées contraires à des valeurs auxquelles on reste attaché. Admettre que la Société Générale, HSBC ou n’importe quelle autre banque sélectionne ses clients sur la base de critères ne mettant pas en cause la probité, c’est donner un droit de vie ou de mort sur l’existence d’une association, d’un mouvement ou d’un parti politique et donc sur la liberté d’expression ! Un dangereux engrenage pouvant alors aller jusqu’à engager nos libertés individuelles à l’heure des réseaux sociaux, véritables vitrines de nos idées… Ces banques doivent donc s’exprimer sur les véritables raisons de leurs décisions et la justice doit elle aussi se prononcer !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]