Mario Draghi sur le point de prendre les commandes en Italie

Mario Draghi sur le point de prendre les commandes en Italie©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 12 février 2021 à 18h32

Lors de ses consultations, l'ancien patron de la BCE a assuré qu'il s'opposait à toute austérité budgétaire, en dépit du niveau très élevé de la dette publique italienne,

Le président italien Sergio Mattarella recevra Mario Draghi vendredi à 19 heures (18 heures GMT), selon la présidence. Un indice qui montre que l'ancien président de la Banque centrale européenne est en mesure de former un nouveau gouvernement en Italie.

L'ancien président de la Banque centrale européenne a été mandaté la semaine dernière par le président de la République en vue de former un nouveau cabinet après la démission le 26 janvier de Giuseppe Conte, privé de majorité parlementaire par la défection du parti centriste Italia Viva de l'ancien président du Conseil Matteo Renzi.

Soutien du Mouvement 5 Etoiles

Agé de 73 ans, Mario Draghi a enchaîné ces derniers jours les consultations avec les partis politiques, et la plupart ont accepté de le soutenir. L'ancien président de la BCE a notamment reçu jeudi le soutien crucial du Mouvement 5 Etoiles (M5S), premier parti représenté au Parlement.

L'une des raisons pour lesquelles de nombreuses formations se sont ralliées à l'économiste et ancien banquier est que toutes veulent avoir leur mot à dire dans l'allocation des quelque 200 milliards d'euros que l'Italie doit recevoir grâce au fonds de relance européen mis en place face à la crise économique provoquée par la pandémie de COVID-19.

Pas d'austérité budgétaire

Lors de ses consultations, Mario Draghi a assuré qu'il s'opposait à toute austérité budgétaire, en dépit du niveau très élevé de la dette publique italienne, ce en raison de la nécessité de préserver la cohésion sociale.

Il aurait également promis la création d'un super-ministère de la Transition écologique, l'une des priorités du M5S. Le nouveau gouvernement Draghi devrait mélanger "technocrates" et "politiques". Il pourrait être investi dès ce week-end, ce qui ouvrirait la voie dans les jours suivants à des débats devant la Chambre des députés et le Sénat, avant les votes de confiance, qui s'annoncent comme des formalités.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.