Masque au travail : quand, où, comment ?

Masque au travail : quand, où, comment ?
Port du masque obligatoire dans les lieux publics clos.

Boursier.com, publié le mercredi 02 septembre 2020 à 00h27

Le patronat n'a pas tardé à demander des assouplissements à cette règle très compliquée à mettre en place, et les aménagements et autres exceptions ont été dévoilés par le ministère du Travail.

Le gouvernement a décidé le 18 août de rendre obligatoire le port du masque en milieu professionnel clos à compter du mardi 1er septembre, sauf dans les bureaux individuels, pour freiner la propagation du coronavirus, alors que le rythme des contaminations en France est désormais "exponentiel", selon les autorités...

Le patronat n'a pas tardé à demander des assouplissements à cette règle très compliquée à mettre en place, et les aménagements et autres exceptions ont été dévoilés lundi soir par le ministère du Travail, dans la foulée d'une réunion en visioconférence avec les partenaires sociaux. "Le gouvernement a souhaité examiner les dérogations et adaptations qui pourraient être apportées au principe général de port systématique du masque dans les espaces collectif clos".

Il s'agit de "masques grand public, de préférence réutilisables, couvrant à la fois le nez, la bouche et le menton, répondant aux spécifications de la norme AFNOR S76-001 ou, pour les masques importés, aux spécifications d'organismes de normalisation similaires". "Hors les cas où leur utilisation est prescrite par la réglementation en vigueur pour la protection de la santé des salariés, les masques FFP2 sont réservés aux professionnels médicaux, y compris les personnels en charge du dépistage".

Deux cas peuvent faire l'objet d'une dérogation au port du masque :

- Lorsque le salarié travaille seul dans son bureau

- En atelier, "car les salariés sont souvent amenés à effectuer des efforts physiques plus intenses que la moyenne, dès lors que les conditions de ventilation/aération fonctionnelle sont conformes à la réglementation, que le nombre de personnes présentes dans la zone de travail est limité, que ces personnes respectent la plus grande distance possible entre elles et portent une visière", explique le minsitère.

L'avis permet par ailleurs un assouplissement dans le cas des bureaux partagés, notamment les open space : un salarié qui est à son poste de travail pourra, enlever temporairement son masque si un certain nombre de critères, dont le nombre variera en fonction du niveau de circulation du virus dans le département, sont remplis. Il est en exclu de retirer le masque de manière permanente toute la journée.

Prises de paroles, interventions...

Pour les activités qui s'avéreraient incompatibles avec le port du masque (par exemple, pour des interventions orales ou des prises de parole publiques limitées dans le temps, dans les espaces clos respectant les mesures organisationnelles définies), le ministère poursuit le dialogue avec les partenaires sociaux pour suivre cette mise en oeuvre et définir des solutions.

La balle est également dans le camp des entreprises, qui sont encouragées, dans le cadre du dialogue social, à préciser les modalités d'application du protocole et la prise en compte des situations particulières d'activité. "Ce protocole se substitue au protocole national de déconfinement et se mettra en place progressivement dans les entreprises", peut-on lire dans le communiqué.

La ministre du Travail Elisabeth Borne avait déjà livré quelques informations dimanche sur le plateau de BFM TV. "Les secteurs qui ont des difficultés particulières" avec le port systématique, "on va les identifier, on va les rencontrer", a-t-elle expliqué. Ainsi, un décret a déjà été pris pour dispenser les chanteurs d'opéra...

Et en voiture ?

Dans les véhicules aussi, le masque est obligatoire en présence de plusieurs salariés et la voiture sera soumise à une procédure de nettoyage/désinfection régulière.

Temps de pause

Dans les locaux bien ventilés, avec de grands volumes ou du plexiglas, les salariés pourront, "à certains moments de la journée, retirer le masque". Mais la règle reste simple dans la plupart des cas : "dans les circulations, les salles de réunion, il faut porter le masque", avait précisé la ministre sur BFM TV. Il sera possible aussi de souffler un peu quand les bureaux se videntle midi par exemple, et de le retirer quelques minutes selon Elisabeth Borne.

Les contraintes sont également très différentes selon la zone géographique où se situe l'entreprise, avec des conditions plus souples en zone verte qu'en zone orange ou rouge.

Le télétravail

Il est désormais "recommandé", mais plus "une solution à privilégier", comme dans le protocole précédent... "Le télétravail est un mode d'organisation de l'entreprise. Il reste une pratique recommandée en ce qu'il participe à la démarche de prévention du risque d'infection au SARS-CoV-2 et permet de limiter l'affluence dans les transports en commun. En fonction des indicateurs sanitaires, les autorités sanitaires peuvent convenir avec les partenaires sociaux d'encourager les employeurs à recourir plus fortement au télétravail", explique le gouvernement. Les publics les plus fragiles sont notamment en première ligne...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.