Masque en entreprise : un refus pourra être considéré comme une "faute"

Masque en entreprise : un refus pourra être considéré comme une "faute"
Alain Griset, ministre délégué aux PME.

Boursier.com, publié le mercredi 19 août 2020 à 16h15

Le ministre délégué aux PME Alain Griset a expliqué que "si jamais le salarié refuse de porter le masque", l'employeur pourra lui donner un avertissement...

Une sanction pour les salariés qui refusent de porter le masque au bureau ? A la rentrée, le port du masque sera obligatoire en entreprise dans tous les espaces de travail clos et partagés, y compris dans les open-spaces, comme l'a annoncé la ministre du Travail Elisabeth Borne à l'issue d'une rencontre avec les partenaires sociaux.

Interrogé par 'BFMTV' ce mercredi, le ministre délégué aux Petites et moyennes entreprises (PME) Alain Griset a apporté quelques réponses concernant la mise en place de cette mesure sanitaire dans les entreprises, prévenant ainsi que les salariés qui refusent de porter le masque s'exposeront à des sanctions internes.

Le refus pourra être "considéré comme une faute", a-t-il affirmé, avant de préciser : "Si un salarié refuse de porter le masque, l'employeur lui fera les remarques, pourra lui donner un avertissement".

Des contrôles réalisés par l'inspection du travail

"Cela fait partie des possibilités", a reconnu le ministre délégué. Mais avant d'en arriver aux sanctions, Alain Griset préconise "des discussions avec l'employeur, éventuellement une mise en garde". "On est dans le cadre d'une procédure classique", a-t-il encore souligné.

"Le salarié doit respecter les règles qui s'appliquent dans l'entreprise. Comme d'ailleurs l'employeur est censé pouvoir faire porter les masques à ses salariés. On a des responsabilités partagées et chacun doit être dans son rôle", a-t-il affirmé, précisant notamment "qu'il y aura des contrôles" réalisés par l'inspection du Travail pour s'assurer de la bonne application des règles par l'entreprise.

"D'abord un rôle de conseil"

Sur 'RMC', le secrétaire d'Etat chargé des retraites Laurent Pietraszewski a tenu également à préciser que "les inspecteurs ont d'abord un rôle de conseil". "C'est très utile pour l'employeur qui n'a pas toujours la capacité de voir ce qu'il se passe dans son entreprise. Quand c'est nécessaire, ils font des mises en demeure et ils sanctionnent. Il n'y aura rien de nouveau au 1er septembre, ils feront les mêmes contrôles que d'habitude", a-t-il détaillé.

Par ailleurs, le ministère du Travail évoque des possibles dérogations au port du masque sur le lieu de travail dans certains cas précis. "Il sera étudié, avec les partenaires sociaux, les modalités d'une saisine du Haut Conseil de la santé publique sur les conditions envisageables d'adaptation de cette nouvelle mesure", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Selon les chiffres de Santé Publique France, 24% des "clusters", foyers de contamination, sont situés dans les entreprises (hors établissements médicaux).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.