Masques : "Il n'y a pas de stocks cachés dans la grande distribution", répète Agnès Pannier-Runacher

Masques : "Il n'y a pas de stocks cachés dans la grande distribution", répète Agnès Pannier-Runacher©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 04 mai 2020 à 12h22

Selon la secrétaire d'Etat à l'Economie, la polémique autour de la grande distribution, accusée d'avoir constitué des "stocks cachés" de masques était un "procès inapproprié".

Alors que le débat concernant l'existence de "stocks cachés" de masques dans la grande distribution s'est poursuivi tout le week-end, la secrétaire d'Etat auprès du ministère de l'Economie et des Finances Agnès Pannier-Runacher a tenté d'éteindre la polémique ce lundi, estimant qu'il s'agissait d'un "procès inapproprié".

"Il n'y a pas de stocks cachés dans la grande distribution", a-t-elle insisté sur 'Europe 1' ce matin, précisant avoir "travaillé main dans la main avec eux, comme avec l'ensemble des circuits de distribution, pour préparer le confinement".

Pour rappel, à partir de ce lundi, les enseignes de la grande distribution alimentaire sont autorisées à vendre des masques grand public (en tissu et réutilisables) et des masques à usage unique.

Carrefour notamment a avancé la mise en vente de 225 millions de masques, tandis que Leclerc en a annoncé 170 millions. Des chiffres qui ont fait bondir les professionnels de santé qui peinent à s'en procurer...

Un nombre "sidérant" de masques annoncés par la grande distribution

Dans un communiqué titré "Les masques tombent" publié par les Ordres des professions de santé, médecins, pharmaciens, sages-femmes, infirmiers, chirurgiens-dentistes, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, se sont ainsi indignés face à l'annonce de cette arrivée massive de masques dans la grande distribution.

"Comment expliquer que nos soignants n'aient pas pu être dotés de masques quand on annonce à grand renfort de communication tapageuse des chiffres sidérants de masques vendus au public par certains circuits de distribution", ont-ils demandé...

Mais pour Agnès Pannier-Runacher, "la séquence est simple" : "Début mars, nous réquisitionnons tous les masques disponibles sur le territoire, et ils nous sont remis essentiellement gratuitement par les entreprises. À partir du 20 mars, nous autorisons l'importation de masques provenant de l'international, et nous gardons pour nous toute la production française pour alimenter les soignants", a expliqué la secrétaire d'Etat...

"45 millions de masques consommés chaque semaine en France pour les hôpitaux"

"Et nous avons augmenté drastiquement les importations de masques, non seulement pour les soignants, mais aussi grâce aux entreprises, du côté du privé, pour équiper les salariés qui continuent à travailler, mais également en préparation du déconfinement", a-t-elle poursuivi.

Lors d'un point presse à l'Elysée samedi dernier, le ministre de la Santé Olivier Véran avait déjà tenté de désamorcer la polémique, expliquant que la grande distribution lui a affirmé qu'elle disposait en pratique aujourd'hui de l'équivalent de 5 voire 10 millions de masques". A titre de comparaison, "45 millions de masques étaient consommés chaque semaine en France pour les hôpitaux et médecins de ville", avait-il ajouté.

Sur 'France Inter' ce lundi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a également dénoncé "une mauvaise polémique", ajoutant que "la grande distribution, depuis le début de la crise sanitaire, a parfaitement joué le jeu notamment pour garantir la sécurité de l'approvisionnement alimentaire des Français".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.