Mathieu Gallet sous haute pression

Mathieu Gallet sous haute pression©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 16 janvier 2018 à 12h59

Selon la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, qui a accordé un entretien au journal "Le Monde", le maintien de Mathieu Gallet à la tête du groupe public Radio France n'est pas acceptable, en raison de sa condamnation pour favoritisme... Hier lundi, le tribunal de Créteil l'a en effet condamné à un an de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende pour des commandes de prestations auprès de sociétés de conseil lorsqu'il présidait l'Institut National de l'Audiovisuel. Ses avocats ont annoncé leur intention de faire appel...

"Les dirigeants d'entreprises publiques ont un devoir d'exemplarité... Un dirigeant d'entreprise publique condamné pour favoritisme, ce n'est pas une situation acceptable", explique la ministre. "Il appartient à l'intéressé d'en tirer les conséquences, ainsi qu'au Conseil supérieur de l'audiovisuel, légalement compétent".

400.000 euros de prestations

Le CSA, qui régule le secteur de l'audiovisuel, examinera la question mercredi lors son assemblée hebdomadaire.

Rappelons que dans cette affaire, l'actuel président de Radio France était soupçonné d'avoir commandé près de 400.000 euros de prestations à deux sociétés de conseil sans avoir respecté les règles des marchés publics lorsqu'il était à la tête l'INA.

Pas une surprise...

"Compte tenu des conditions dans lesquelles l'enquête et l'audience se sont déroulées, la décision du tribunal n'est pas une surprise", ont fait savoir à Reuters ses avocats Christophe Ingrain et Rémi Lorrain. "Nous faisons immédiatement appel pour que la Cour examine ce dossier avec sérénité et dans le respect des droits de la défense", ont-ils ajouté...

Mathieu Gallet était jugé au tribunal de Créteil. Le ministère public avait requis 18 mois de prison avec sursis et 40.000 euros d'amende...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU