Médicaments : flambée des prix pour les produits déremboursés !

Médicaments : flambée des prix pour les produits déremboursés !
pharmacie médicaments
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 28 février 2019 à 20h43

Selon une étude du ministère de la Santé, le prix des médicaments bondit de 39% en moyenne sur un an, dès lors qu'ils ne sont plus remboursés par la Sécurité sociale. Les laboratoires se justifient par la chute des ventes après déremboursement.

Dès qu'un médicament n'est plus remboursé par la Sécurité sociale, son prix s'envole dans l'année qui suit... C'est la conclusion inquiétante d'une étude du ministère de la Santé, qui a estimé à 39% la hausse moyenne des médicaments, un an après leur déremboursement.

Certains produits ont même vu leur prix doubler, voire davantage. C'est notamment le cas d'un décontractant musculaire, le Lumirelax, qui a plus que doublé (+111%) ou encore d'un bain de bouche, Alodont, qui a vu son prix être multiplié par 2,4 (+144%).

Seuls 17% des médicaments déremboursés ont vu leurs prix rester stables

Cette étude du service statistique des ministères sociaux (Drees) publiée jeudi, a porté plus particulièrement sur la grande vague de médicaments déremboursés en 2011, en raison de leur manque d'efficacité prouvée suffisante.

Seuls 17% des médicaments déremboursés ont vu leurs prix hors taxes rester stables sur l'année suivant leur déremboursement, "malgré une importante diminution de leurs volumes de ventes", de 55% en moyenne.

Les laboratoires expliquent ces hausses de prix par la nécessité de réagir à la baisse de leur chiffre d'affaires, lié au fait que ces médicaments sont moins prescrits après déremboursement. En outre, le taux de TVA sur les médicaments passe, après déremboursement, de 2,1% à 10%, renchérissant leur prix pour le consommateur final.

Certains médicaments retirés du marché

Malgré ces hausses de prix, les laboratoires expliquent qu'ils n'ont pas pu compenser entièrement "la diminution assez importante des volumes" vendus (-47% en moyenne). Le chiffre d'affaires tiré des ventes de ces médicaments a ainsi chuté de 26% dans l'année suivant leur déremboursement, selon l'étude de la Drees.

Dans certains cas, la chute des ventes a même entraîné un retrait des produits de la vente, notamment des traitements contre l'ostéoporose et les rhumatismes, qui ne sont plus vendus depuis 2013, souligne encore l'étude.

Les médicaments non remboursables restent un manne pour les laboratoires

L'effet négatif d'un déremboursement semble toutefois s'estomper dans le temps pour les laboratoire : de 2010 à 2016, le chiffre d'affaires global des ventes de médicaments non remboursés est ainsi passé de 1,9 milliard d'euros à 2,2 milliards d'euros (+15,8%).

Leur part dans les ventes totales de médicaments est passée de 9% en 2010 à 10,7% en 2016.

Dans le même temps, le chiffre d'affaires tiré des médicament remboursables a reculé de 19,4 MdE à 17,9 MdsE (-7,7%) en six ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.