"Métiers de l'ombre", les fournisseurs des hôtels et restaurants crient à l'aide

Chargement en cours
Livraison de bouteilles lors du premier confinement à Paris, en avril 2020
Livraison de bouteilles lors du premier confinement à Paris, en avril 2020
1/3
© AFP, JOEL SAGET

AFP, publié le mercredi 13 janvier 2021 à 09h35

Grossistes en boissons et autres fournisseurs de l'hôtellerie restauration, des "métiers de l'ombre" ravagés eux aussi par la pandémie de Covid-19, veulent bénéficier des mêmes aides que les cafés, restaurants et hôtels, car leurs pertes sont de même ampleur et l'horizon reste sombre.

Anne St Léger a repris en 2017 Serfi, une PME basée à Nice qui depuis 30 ans, fournit aux hôtels l'équipement (mobilier, literie, salles de bain...) et l'ingénierie technique pour les rénovations. L'entreprise familiale emploie 50 salariés, compte 3.500 clients et réalise 10 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel.

"Nous étions en très forte croissance: nous allions faire 13 millions d'euros en 2020, mais nous n'avons travaillé que deux mois et demi. Ça me désole: on est cassés dans notre développement", explique-t-elle à l'AFP. "Nous sommes les entreprises de l'ombre: nos clients sont fermés, ont zéro visibilité, n'investissent pas dans des équipements, cela nous met complètement à l'arrêt".

Or ces fournisseurs, "très fortement dépendants des hôtels, cafés, restaurants" et tout aussi pénalisés par les périodes de confinement et de couvre-feu, ne bénéficient pas du même soutien de l'État et sont aujourd'hui "en danger" avec un premier semestre 2021 qui s'annonce sombre. 

Si un hôtel qui perd 70% de son chiffre d'affaires peut toucher du fonds de solidarité 20% de son chiffre d'affaires mensuel jusqu'à 200.000 euros, son fournisseur n'aura droit qu'à "10.000 euros au maximum, alors qu'il peut dépendre à 98% de l'hôtellerie et réaliser plusieurs millions ou dizaines de millions de chiffre d'affaires. C'est un non-sens", estime-t-elle.

Le fonds de solidarité va être élargi pour bénéficier notamment aux commerces de gros de boissons ou alimentaires, aux viticulteurs ou encore aux résidences de tourisme, a indiqué mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, promettant une annonce imminente. 

Et il devrait être renforcé pour compenser les charges fixes des plus grandes structures, comme les holdings, les groupes familiaux de restaurants, jusqu'à 3 millions d'euros sur un an - contre 800.000 euros maximum par versements mensuels de 200.000 euros aujourd'hui.

- 4e ou 5e génération -

Après ces signaux positifs, les grossistes en boissons ont renoncé à manifester partout en France le 19 janvier, comme ils le prévoyaient au terme d'une opération escargot autour de Lille jeudi dernier, a annoncé à l'AFP Laurent Pecqueur, gérant de la société Sodiboissons, devenu l'un des porte-parole de la filière dans les Hauts-de-France.

Face aux stocks accumulés pendant la fermeture de leurs clients, ils souhaitent aussi voir prolongée de quelques mois la date de durabilité de leurs produits - déjà dépassée, ou qui le sera d'ici fin février pour "30 à 40%" des stocks -, comme lors du premier confinement.

"L'industriel ou le brasseur garantit jusqu'à cette date-là 100% de la saveur de son produit: mais vous pouvez le boire 3 mois après sans aucun souci sanitaire", affirme M. Pecqueur. "Il faudrait aussi que les Douanes nous remboursent les taxes sur les produits invendus, et qu'on ait une enveloppe pour financer leur destruction".

Selon Laure Bomy, directrice générale de la Fédération nationale des boissons, un millier de grossistes réalisent plus de 80% de leur activité auprès de cafés, hôtels, restaurants -soit 15.000 emplois directs-, des "entreprises familiales chargées d'histoire, parfois dirigées par la 4e ou la 5e génération, dynamiques, porteuses d'emploi, dont certaines sont aujourd'hui proches du dépôt de bilan".

D'autres métiers méconnus souffrent particulièrement, comme les techniciens qui entretiennent machines à café et appareils de "tirage pression" des bars: "sans nettoyage toutes les 6 à 12 semaines, impossible de boire une bière pression!" explique Dominique Turpin, président de Hopteam.

Employant 140 salariés dont une centaine de techniciens au chômage partiel dans 13 entreprises, il a vu son chiffre d'affaires chuter de 40% en 2020 et n'a pas touché d'aides. 

"Malheureusement, avec plus de 50 salariés nous n'avons droit à rien alors que tous nos clients ont été fermés, donc nous aussi". Retraités ou artisans, les bailleurs de ses entrepôts n'ont accepté que de "reporter un ou deux loyers". 

"Nous sommes un métier indispensable", se rassure M. Turpin. "Si nous étions mortellement blessés, comment les bars et restaurants redémarreront-ils?".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.