Mexique: 14 acheteurs potentiels pour l'avion présidentiel

Mexique: 14 acheteurs potentiels pour l'avion présidentiel
El mandatario mexicano, Andrés Manuel López Obrador, aborda un avión comercial con destino a Culiacán, en el aeropuerto internacional de Ciudad de México, el 15 de febrero de 2019

AFP, publié le mercredi 24 avril 2019 à 21h14

Le gouvernement mexicain a indiqué mercredi qu'il avait reçu 14 propositions d'achat pour l'avion présidentiel que le chef de l'Etat, Andrés Manuel Lopez Obrador, a choisi de mettre en vente dans le cadre de sa politique d'austérité.

"A ce jour, nous avons reçu 14 offres d'achat provenant de huit pays différents. Ce qui nous laisse penser que nous allons parvenir à vendre l'avion présidentiel", a indiqué Jorge Mendoza, le directeur de Banobras, la banque gouvernementale en charge de l'opération, sans préciser le montant des offres. 

Le luxueux avion présidentiel, un Boeing Dreamliner 787-8, qui a coûté 218 millions de dollars, stationne depuis décembre dans un hangar de Californie aux Etats-Unis, en attente d'un acquéreur.

Il n'a été utilisé que deux ans par l'ancien président Enrique Peña Nieto (2012-2018).

Le coût d'immobilisation de cet avion a fait l'objet de critiques de la part certains opposants au président mexicain.

M. Lopez Obrador a plusieurs fois indiqué qu'il aurait honte de monter dans cet avion "sachant toute la pauvreté qui existe au Mexique". Depuis son entrée en fonction, le président de gauche se déplace uniquement à bord de vols commerciaux, le plus souvent en classe économique.

Le président "anti-système" a critiqué mercredi "l'audace" du gouvernement précédent d'avoir baptisé cet avion Jose Maria Morelos, du nom d'un des pères de l'indépendance mexicaine. 

"Rendez-vous compte! Morelos, qui demandait à ce que soient modérées la pauvreté et l'opulence, qui a lutté pour l'égalité", a-t-il dénoncé.

Le gouvernement mexicain va mettre en vente au total 72 avions et 33 hélicoptères, principalement utilisés pour les déplacements de hauts fonctionnaires et "qui n'avaient pas de vocation claire au bénéfice des citoyens", selon M. Mendoza. 

La vente de l'avion présidentiel fait l'objet d'un suivi par l'ONU et les acheteurs potentiels ont jusqu'au 29 avril pour manifester leur intérêt via le site des Nations unies, a expliqué le directeur de Banobras.

Les avions et hélicoptères à la vente seront exposés en fin de semaine lors d'un salon aéronautique près de Mexico. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.