Mieux vaut être riche pour rester en bonne santé !

Mieux vaut être riche pour rester en bonne santé !
population habitants foule

Boursier.com, publié le mardi 06 février 2018 à 21h10

Pour vivre longtemps, il vaut mieux avoir un portefeuille bien garni... L'Insee a publié mardi une étude démontrant que l'espérance de vie des Français augmente à mesure qu'ils sont financièrement plus à l'aise.

Ainsi, parmi les 5% de Français les plus aisés, l'espérance de vie à la naissance des hommes est de 84,4 ans, contre 71,7 ans parmi les 5% les plus pauvres, soit 13 ans d'écart. Chez les femmes, cet écart est plus faible : 8 ans séparent les plus aisées des plus pauvres.

100 euros de plus par mois correspond à près d'un an de vie supplémentaire

Aux alentours d'un niveau de vie de 1.000 euros par mois, 100 euros supplémentaires sont associés à 0,9 an d'espérance de vie en plus chez les hommes ,et 0,7 an chez les femmes, tandis que l'écart n'est plus que de 0,3 an et 0,2 an aux alentours d'un niveau de vie de 2.000 euros par mois.

Les femmes ont une espérance de vie plus élevée que les hommes (6 ans en moyenne), car quel que soit leur niveau de vie, elles adoptent en moyenne des modes de vie et des comportements moins dommageables pour leur santé que les hommes (moindre consommation d'alcool, meilleur suivi médical...)

Le niveau d'études ne garantit pas la santé

En revanche, le niveau d'études ne semble pas en soi être une garantie de meilleure santé. Les personnes les plus aisées ont certes plus souvent un diplôme du supérieur, mais cela n'explique qu'en partie les écarts d'espérance de vie selon le niveau de vie. Ainsi, on constate qu'avec ou sans diplômes, plus on est aisé financièrement, plus l'espérance de vie augmente.

A l'inverse, les difficultés financières peuvent limiter l'accès aux soins. Ainsi, d'après l'enquête Santé et protection sociale de 2014, 11% des adultes parmi les 20% les plus modestes disent avoir renoncé pour des raisons financières à consulter un médecin au cours des 12 derniers mois, contre 1% des adultes parmi les 20% les plus aisés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.