Millas: "à ce stade", "pas de lien" entre les médicaments pris par la conductrice du car et l'accident

Millas: "à ce stade", "pas de lien" entre les médicaments pris par la conductrice du car et l'accident

L'épave d'un bus accidenté à Millas, le 15 décembre 2017

A lire aussi

AFP, publié le mardi 26 décembre 2017 à 11h17

Le procureur de Marseille a indiqué mardi à l'AFP qu'il n'y avait pas "à ce stade de l'enquête de lien de causalité entre les médicaments pris par la conductrice du car pour dormir" et la collision de son véhicule avec un TER qui a fait 6 morts à Millas.

Samedi, l'avocate de trois des six familles endeuillées par l'accident survenu le 14 décembre, Me Jehanne Collard, avait évoqué "au conditionnel", le fait que la conductrice ait pu être "sous l'emprise d'antidépresseurs, d'anxiolytiques". Les familles qu'elle défend doivent se constituer parties civiles mardi, ce qui leur donnera accès à l'enquête.

"Toutes les analyses seront faites dans le cadre de l'instruction", a poursuivi auprès de l'AFP le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux, précisant que la conductrice du car prenait ces médicaments "depuis des années".

Le car scolaire qui transportait 23 collégiens originaires du village voisin de Saint-Féliu-d'Avall a été percuté à 16H00 par un TER sur le passage à niveau de Millas. L'accident a fait six morts parmi les collégiens et 5 blessés graves.

La conductrice a été mise en examen pour "homicides et blessures involontaires par imprudence" et placée sous contrôle judiciaire avec notamment l'interdiction de conduire. Elle a assuré au cours de ses auditions par les enquêteurs avoir vu les barrières du passage à niveau où la collision a eu lieu levées.

Sa version contredit les premières "constatations matérielles" dont avait fait état le procureur de Marseille et qui allaient "plutôt dans le sens d'une barrière (du passage à niveau) fermée", tout comme les témoignages du conducteur du TER et des chauffeurs des véhicules qui se trouvaient de l'autre côté de la voie. 

 
637 commentaires - Millas: "à ce stade", "pas de lien" entre les médicaments pris par la conductrice du car et l'accident
  • avatar
    Moi1 -

    "Le procureur de Marseille a indiqué mardi à l'AFP qu'il n'y avait pas "à ce stade de l'enquête de lien de causalité entre les médicaments pris par la conductrice du car pour dormir" et la collision de son véhicule avec un TER qui a fait 6 morts à Millas."

    -C'est effectivement d'une logique à toutes épreuves. Une conductrice prend des médicaments pour dormir, elle a un accident et il n'y a pas de lien de cause à effet. Cela vaudrait quand même le coup d'y regarder d'un peu plus près, non ?
    -Encore un grand moment de justice qui se prépare ?

  • avatar
    elleiruM21 -

    Si la conductrice avait VU les barrières baissées elle ne se serait évidement pas engagée à moins d'être suicidaire et criminelle. SI les barrières étaient baissées elle ne l'aura probablement pas intégré à ce moment là. Inattention? assoupissement momentané? était-elle "ailleurs" ? a-t-elle été distraite par un bruit, un enfant ou un évènement dans le car? Nous sommes tous soumis à ce genre de choses en conduisant, même ceux qui s'estiment parfaits, avec accident ou non à la clé. Et qu'elle n'ait que des souvenirs imprécis est normal aussi après un tel choc. La mémoire humaine n'est pas un disque dur auquel on fait recracher à la lettre ce qu'il a en stock.

  • avatar
    LOGAN-G661 -

    Encore une grosse connerie pour brouiller les pistes, il n'y a pas plus sérieux que cette conductrice ! Pourquoi n'entendons nous pas les témoignages des enfants ??? De ceux qui étaient témoins et les autres ?

    avatar
    Vikinland27 -

    Qu'est ce que vous en savez que c'est une conductrice parfaite, vous étiez dans le cars? L'erreur est humaine et elle a tout intérêt a dire que les barrières étaient levees, sinon des antidépresseurs elle va pouvoir en prendre une tonne au trou!

    avatar
    Gironde33 -

    Entièrement d'accord, la conductrice dit certainement la vérité, mais la sncf et ces journaleux pisse copies font tout pour l'accuser, cela fait vendre plus de leurs articles de merde.

    avatar
    BILAME -

    Avec les BUGS a la tonne que nous pond SNCF actuellement.....Pourquoi pas une barriere levée...??????

  • avatar
    bebert50 -

    avant de dire que sa serais la conductrice , moi j'aimerais s avoir si la barrière étais baisser ou si ces le car qui la emmener dans le choc et de sa on nous dit riend

  • avatar
    mitchel8703 -

    L’Inutile polémique des témoignages sur la position des barrières.

    Selon les spécialistes, les demi -barrières se baissent en 8 secondes ou moins. Certains témoins les ont vues (de leurs propres yeux ou en photos) ouvertes, d'autres fermées,d'autres pas du tout.

    Contrairement aux apparences, ce n'est pas forcement contradictoire ou de mauvaise foi.
    Tout dépend comment et surtout QUAND ces témoins ont vu.

    A 8 secondes prés (c'est peu) tout le monde a raison.

    Sur plusieurs photos/vidéos (après la collision, coté entrée du car) un long morceau rouge et blanc de la demi-barrière est nettement visible sur le sol devant la partie arrière du car trainée sur plusieurs mètres après la collision.

    Sans développer plus, ces seuls indices ne permettent en effet, en rien de faire des affirmations radicales sur la position de la demi- barrière. Quelle soit baisée, levée, en position intermédiaire avant la collision: dans les 3 cas elle est casée par la trainée de l’ensemble train /arrière du bus.
    A ce stade de début d'enquête, ce que l'on sait en fait avec certitude (nous internautes) c'est qu'on ne sait presque rien sur les causes de cet accident.
    C'est évident, les enquêteurs en savent beaucoup plus et attentent des résultats d'expertises, de reconstitutions, de confrontations...C'est à mon avis tout à fait normal et bien logique.
    Ils ne travaillent pas en direct ni sur la place publique ni pour la presse qui les harcèle.
    Pour la sérénité, l'impartialité et le respect des familles des victimes c'est indispensable et incontournable.IL y a beaucoup d'indices observés ou enregistrés vérifiables, de témoignages pour que les enquêteurs spécialisés élucident cet accident.

    La nature pousse en silence mais elle pousse.

    Attendons et espérons, surtout pour les familles des victimes et pour tout le monde
    la mise en œuvre de mesures de sécurité supplémentaires.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]