Minima sociaux : le nombre d'allocataires en légère hausse en 2018

Minima sociaux : le nombre d'allocataires en légère hausse en 2018
allocations familiales

Boursier.com, publié le vendredi 22 novembre 2019 à 10h35

En ajoutant les conjoints et les enfants à charge, le nombre d'allocataires atteint environ 7 millions de personnes en 2018, selon la Drees. Cela représente un Français dix couvert par un minima social.

4,25 millions... C'est le nombre d'allocataires d'un minimum social enregistré fin 2018. En ajoutant les conjoints et les enfants à charge, le chiffre atteint environ 7 millions de personnes, soit 11% de la population, selon les derniers chiffres de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques.

"Le nombre d'allocataires augmente légèrement en 2018 (+0,6%), alors qu'il était stable en 2017 (+0,1%) et avait diminué de 1,3% en 2016, première baisse depuis 2008", indique la Drees dans une étude publiée vendredi.

L'an passé, les dépenses liées au versement de ces prestations sociales ont représenté au total 27,2 milliards d'euros, soit 1,2% du produit intérieur brut (PIB), en hausse de 0,5% par rapport à 2017.

Davantage de bénéficiaires du RSA et de l'AAH

Dans le détail, les effectifs du revenu de solidarité active (RSA) sont repartis à la hausse (+1,1%) en 2018, après avoir enregistré deux années de recul. Ceux de l'allocation aux adultes handicapés (AAH) ont également progressé (+2,7%), "au même rythme que depuis 2012", précise la Drees. Ces deux prestations sont celles qui concentrent le plus gros volume de dépenses, avec 11,516 et 9,747 millions d'euros de versés en 2018.

Concernant le minimum vieillesse (allocation de solidarité aux personnes âgées), le nombre de bénéficiaires a grimpé de 2,8% alors qu'il stagnait depuis 2013, à la suite de sa revalorisation (de 30 euros) au 1er avril 2018.

Les allocataires de l'ASS en baisse

Les effectifs de l'allocation pour demandeur d'asile (ADA) ont bondi de 15,4%. Près de 100.000 personnes ont perçu ce minimum fin 2018. Cette forte progression est "directement liée à celle des effectifs de demandeurs d'asile", explique la Drees.

En revanche, le nombre de personnes ayant bénéficié de l'allocation de solidarité spécifique (ASS) enregistre une baisse toujours plus forte (-11,1%) en 2018.

Enfin, les effectifs de l'allocation temporaire d'attente (ATA) continuent de s'éteindre progressivement. Cette prestation, qui concerne notamment les salariés rapatriés ou encore les personnes ayant sollicité l'asile politique, a été supprimée depuis le 1er septembre 2017. Seules les personnes ayant des droits ouverts à cette prestation à cette date peuvent encore en bénéficier, jusqu'à expiration de leurs droits.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.