Mobilisation massive des retraités, en recul pour les personnels des Ehpad

Chargement en cours
Manifestation de retraités et de profesionnels de l'aide aux personnes âgées, le 15 mars 2018 à Marseille
Manifestation de retraités et de profesionnels de l'aide aux personnes âgées, le 15 mars 2018 à Marseille
1/3
© AFP, BERTRAND LANGLOIS

AFP, publié le jeudi 15 mars 2018 à 20h25

Les seniors et ceux qui s'en occupent haussent le ton: écœurés de passer "pour des nantis", des dizaines de milliers de retraités se sont mobilisés partout en France jeudi pour défendre leur pouvoir d'achat, souvent rejoints par les professionnels de l'aide aux personnes âgées, appelés à la grève pour réclamer plus de moyens humains.

"Ni privilégiés ni assistés", entre 39 000 et 68 000 retraités, selon un décompte effectué par l'AFP à partir des chiffres de la police et des syndicats dans une trentaine de villes, ont battu le pavé pour dire non à la "baisse de leurs pensions", accompagnés dans de nombreux cas de salariés des maisons de retraite.

Ils étaient entre 2000 et 3000 à Tours, plus de 1000 à Marseille, 2000 à Clermont-Ferrand...

A Paris, entre 7200 personnes, selon la préfecture de police, et 30 000, selon les syndicats, ont ainsi défilé de Montparnasse aux Invalides, s'estimant "mal (re)traités". 

"Comment un gouvernement peut-il ignorer un quart de ses citoyens ?", s'est interrogé Olivier Joucher (CGT) lors d'un point presse de l'intersyndicale (UCR-CGT, UCR-FO, UNAR-CFTC, UNIR CFE-CGC, FSU-Retraités, Solidaires, FGR, LSR et UNRPA) organisé en amont. 

En ligne de mire, la hausse de 1,7 point de la CSG pour 60% de retraités, destinée à compenser la suppression des cotisations chômage et maladie du privé et qui avait déjà fortement mobilisé en septembre.

A Nice, peu habituée aux grands cortèges, un millier de personnes, selon la police, ont bravé une météo exécrable, brandissant des pancartes "Macron t'es foutu, les vieux cons sont dans la rue". A Marseille, un carton proclamait: "Paradis pour les uns, pas un radis pour les autres".

"On est ponctionné assez durement" après des années à cotiser, s'est insurgé à Lille Fabrice Danon, 65 ans, retraité de l'enseignement, privé de "400 euros par an".

Emmanuel Macron a redit mercredi qu'il "assumait" ses réformes et a demandé "un effort pour aider les jeunes actifs". "Il y en a qui râlent et qui ne veulent pas comprendre, c'est la France", a-t-il remarqué.

"Les efforts, on les a déjà faits et on les demande toujours aux petits", s'est indigné Mohamed Jaafari, 73 ans, lors du rassemblement rémois.

Les motifs de mécontentement se sont accumulés ces dernières années: gel des pensions, suppression de la demi-part des veuves ou encore décalage de la revalorisation des retraites d'octobre 2018 à janvier 2019 pour augmenter le minimum vieillesse.

- "Il faut des moyens" -

  

Augmenter les effectifs "urgemment": c'est la "priorité" pour l'intersyndicale qui appelait à la grève dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), les services d'aide à domicile et autres structures en charge du grand âge, moins de deux mois après une première mobilisation très suivie.

"On ne peut plus admettre que des personnes âgées ne soient pas douchées régulièrement", que leurs repas soient expédiés, résume Mireille Stivala (CGT) au nom de neuf autres syndicats (FSU, Fédération autonome Fonction publique, CFDT, CFE-CGC, CFTC, FO, Solidaires, Union fédérale action sociale et Unsa) et de l'association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA).

Le taux de mobilisation, en comptant à la fois les grévistes déclarés et le personnel assigné, a atteint 22,5%, tandis que le taux de participation (hors personnels assignés) était de 5,7%, a indiqué le ministère des Solidarités jeudi soir. Ces chiffres marquent un recul par rapport à la mobilisation du 30 janvier, où ces chiffres étaient respectivement de 31,8% et 10,3%.

La ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, a reçu une délégation à la mi-journée pendant un rassemblement sous ses fenêtres. "Elle a reconnu" la légitimité des attentes, a rapporté le président de l'AD-PA, Pascal Champvert. "Mais elle ne peut pas répondre au ratio" d'un personnel pour un résident, contre 0,6 en moyenne actuellement, réclamé par les syndicats, en plus de meilleurs salaires ou de l'abrogation de la réforme du financement des Ehpad.

Un rapport parlementaire publié mercredi propose de doubler le ratio de soignants en quatre ans. Soit plus de 200.000 recrutements, pour 7 à 10 milliards d'euros, quand la ministre met en avant le manque de "moyens budgétaires". 

Agnès Buzyn promet pour l'heure de neutraliser les "effets négatifs" de la réforme du financement affectant un quart des Ehpad. 

Elle a en outre annoncé dans un communiqué jeudi "un cadre de travail en commun avec l'Assemblée des départements de France" sur le financement de la dépendance et promis pour début avril des "orientations stratégiques" sur la prise en charge du vieillissement.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
707 commentaires - Mobilisation massive des retraités, en recul pour les personnels des Ehpad
  • avatar
    schmilblic -

    Selon Macron la ponction sur les retraites aurait permis de réduire les charges sur les salaires. C'est une belle présentation des choses, cela passe mieux (selon lui) que de rappeler que dans le même temps qu'il réduit le pouvoir d'achat des retraités il accorde aux véritables nantis, la suppression de l'ISF et la réduction de 50 % (pour les plus riches) de la ponction fiscale sur le produit des placements bancaires et des dividendes des actions (cf le fameux PFU dont on parle si peu).

  • avatar
    biscar -

    Pourquoi ne pas envisager une grève des retraités... Par exemple pendant un mois n'acheter plus que de quoi manger et boire! Plus rien d'autre,pas de vêtements, pas de cinéma, plus de voyages.... Et pourquoi pas plus de bénévolat? On verrait peut être l'impact des retraités sur l'économie?

  • avatar
    Sieyes -

    Les gros se cachent derrière les petits. Bien trop de retraités ont des revenus de smicards ou encore moins, c'est vrai. D'autres ont de confortables retraites. C'est mon cas, et j'accepte d'être solidaire des jeunes qui tirent le Diable par la queue.

    avatar
    HELENE11 -

    Je suis d'accord pour aider les jeunes mais je vous rappelle que bon nombre ne veulent plus se salir les mains, se lever le matin, travailler plus ou travailler tout court et profiter du système social. Supprimons déjà toutes les aides sociales accordées à tout va ou si nécessaire réduire la durée cela inciterai sûrement plus de jeunes à aller à travailler. Certes aujourd'hui beaucoup font le calcul et pour quelques euros de plus préfèrent rester chez de peur de payer des impôts et de perdre leurs aides. Alors plus de contrôles aussi pour inciter les gens à travailler comme moi qui ai travaillé plus de 40 ans et élevé 3 enfants. Je me suis privée de vacances, de loisirs, serrer la ceinture pour élever mes enfants, payé ma maison à crédit pendant près de 20 ans alors NON je touche aujourd'hui 1.700€ de retraite et je ne pense pas vivre richement.

    avatar
    vercors1 -

    Monsieur Sieyes Vous êtes un naïf en croyant que votre argent va aux jeunes.Il va en majorité
    aux milliardaires dont il divise les impôts par deux avec sa "Flat Tax"
    Il prend 20 € à que qu'un qui gagne 1000 € par mois pour donner des millions d'euros à certains
    qui ne mettront rien pour l'emploi mais s'achèteront des voitures de luxe même pas fabriquées en France.

  • avatar
    simpleavi -

    Hahaaaaa
    Attention ne vous stressez pas c'est mauvais pour votre santé ,
    Dans quelques années on aura tous un salaire universel c'est inévitable -
    toute personne touchera un minimum de 1500 euros ,

    avatar
    nicea25 -

    le stress non la révolte oui

    avatar
    nicea25 -

    ou 15 euros hic

    avatar
    nicea25 -

    ou 15 euros hic

  • avatar
    Pirouche -

    nous serons tous un jour retraité, et avons tous des retraités dans nos proches, sinon pour ceux qui sont partis trop tôt ils en ont fait cadeaux à la collectivité. Donc tout le monde doit être solidaire et doit se mobiliser.
    C'est la malheur de notre époque, aux lieu de se mobiliser la plupart des gens restent dans leur colonnes, chacun dans son intérêt du moment, à s'extasier et à sur-réagir pour des infos bidons, mais sans réaction pour les sujets vitaux, la retraite en est un.

    avatar
    nicea25 -

    soit- disant plus d'argents dans les caisses de retraites alors ou va cet argents ?
    demander combien de travailleurs tous confondus arrivent à la retraite ayant cotisés 30 ou 40 ans et décédés avant de profiter de leurs cotisations ayant pour leurs malheurs cotisés pour rien et ceux qui disparaissent 2 ou 5 ans après leurs retraites sans en avoir profiter beaucoup égal bénéfice net pour l' états surtout pour les caisses
    monsieur Macron vous nous prenait pour de vrai ignorant avec votre sbires Philippe alors svp laisser rire de tout vos mensonges je suis réellement révolté