Muriel Pénicaud conseille de poursuivre le télétravail après le 11 mai

Muriel Pénicaud conseille de poursuivre le télétravail après le 11 mai©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 04 mai 2020 à 09h54

Les contraintes vont être lourdes pour les entreprises, avec une règle de 4m2 par salarié dans les bureaux à partir du 11 mai. Les locaux devront être désinfectés régulièrement.

La ministre du Travail recommande à ceux qui le peuvent de continuer à travailler chez eux après le 11 mai. "Il y a aujourd'hui 5 millions de Français qui travaillent en télétravail, certains le faisaient déjà un peu et le font beaucoup maintenant, et pour d'autres c'est une expérience nouvelle. Et dans le contexte de déconfinement progressif, c'est important qu'ils continuent à télétravailler", a estimé Muriel Pénicaud au micro de franceinfo lundi matin.

Selon elle, il faut "dans le contexte de déconfinement progressif, qu'au maximum, ceux qui télétravaillent continuent à télétravailler, parce que cela évite d'être trop nombreux sur le lieu de travail et ça va dé-saturer aussi les transports, donc permettre un déconfinement plus serein".

"On ne peut pas travailler comme avant pour l'instant ", a-t-elle insisté, tout en mettant en garde contre les excès. "Le télétravail ne peut pas être la disponibilité jour et nuit", a-t-elle estimé, alors que près d'un tiers des salariés estime travailler plus que d'habitude.

Les critères dans les entreprises

Un "protocole national de déconfinement", basé sur des critères "universels" a été diffusé dimanche par le ministère du Travail. Les entreprises sont sommées de respecter des règles strictes : elles doivent prévoir l'instauration d'un espace minimum de 4 m2 par salarié, avec une gestion des flux et des sens de circulation pour éviter les croisements. Les espaces communs, dont les ascenseurs, où ne pourront pas monter plus d'un ou deux salariés à la fois, sont concernés.

Les locaux devront être désinfectés quotidiennement, voire plusieurs fois par jour. Les portillons de sécurité seront condamnés ou du gel hydroalcoolique proposé à proximité de l'entrée, les marquages au sol pour organiser la circulation sont recommandés. Les locaux fermés doivent être aérés 15 minutes trois fois par jour.

Pas de prise de température, pas de tests

Le port du masque ne sera pas obligatoire, sauf dans certaines situations qui "comportent un risque non maîtrisable de rupture accidentelle de cette distanciation". La prise de température ne pourra pas être imposée aux salariés, car jugée trop intrusive. La décision est la même pour les campagnes de dépistage du coronavirus, qui ne pourront pas être obligatoires, selon le ministère.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.