Ngozi Okonjo-Iweala prend les commandes de l'OMC

Ngozi Okonjo-Iweala prend les commandes de l'OMC
omc

Orange avec Boursier.com, publié le lundi 15 février 2021 à 18h21

Première femme à diriger l'institution, mais aussi première représentante de l'Afrique à ce poste...

Première femme à diriger l'institution, mais aussi première représentante de l'Afrique à ce poste...

Elle est la première femme, mais aussi la première représentante du continent africain à diriger l'Organisation mondiale du commerce (OMC)... Ngozi Okonjo-Iweala, 66 ans, l'ancienne ministre nigériane des Finances, a obtenu lundi le soutien qui lui permet de prendre les commandes de l'institution.

Elle devra notamment faire progresser les négociations internationales, perturbées par les tensions accrues entre les États-Unis et la Chine, répondre aux pressions de réforme des règles commerciales multilatérales, et gérer les mesures de protectionnisme renforcées par la pandémie en 2020.

L'OMC se trouve par ailleurs dans une impasse alors qu'elle doit renoncer aux droits de propriété intellectuelle sur les biens essentiels dans la lutte contre le coronavirus. Les subventions à la pêche devraient également figurer en bonne place sur la liste des sujets à régler, après que les négociateurs de l'OMC ne sont pas parvenus à un accord avant l'échéance de fin d'année.

Clé du succès

La clé de son succès sera sa capacité à opérer au centre d'un "triangle États-Unis-UE-Chine", a commenté l'ancien chef de l'OMC Pascal Lamy.

Interrogée sur les défis à relever, Ngozi Okonjo-Iweala a plaisanté en disant que l'ouvrage qu'elle avait écrit sur la réparation des institutions brisées du Nigéria pourrait bien s'appliquer à l'OMC aujourd'hui : "Réformer le non réformable".

"Je peux résoudre les problèmes"

Dans le discours suivant sa désignation, la nouvelle directrice générale de l'organisation a qualifié les défis auxquels celle-ci était confrontée de "nombreux et délicats mais pas insurmontables". "Je sens que je peux résoudre les problèmes. Je suis une réformatrice connue, pas quelqu'un qui en parle", a-t-elle affirmé. "Je l'ai fait."

Adolescente de la "génération Biafra", Ngozi Okonjo-Iweala a étudié l'économie du développement à Harvard avant de revenir dans son pays en 2003 pour y occuper le poste de ministre des Finances. Ses talents de négociatrice ont été reconnus deux ans plus tard, lorsqu'elle prend part à la conclusion d'un accord destiné à l'annulation des milliards de dollars de dette nigériane auprès du Club de Paris.

"Elle apporte de la stature, elle apporte de l'expérience, un réseau et un tempérament pour faire avancer les choses, ce qui à mon avis est tout à fait bienvenu", a déclaré Pascal Lamy.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.