Nicolas Hulot : de faux départs en vrais débats ?

Nicolas Hulot : de faux départs en vrais débats ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 22 décembre 2017 à 10h29

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, fait encore des siennes... Son absence jeudi pour la séance de clôture des Etats généraux de l'alimentation a été particulièrement remarquée, lui qui avait insisté il y a quelques mois sur l'importance de ce rendez-vous : Or, pour le ministre, les conclusions ne sont "pas à la hauteur"...

Dans un entretien accordé au Monde, Nicolas Hulot estime ainsi que "le compte n'y est pas"... "Ce n'était pas pour moi le temps de conclure" ce grand rendez-vous de la filière agroalimentaire a-t-il expliqué... "Ce n'est pas un psychodrame, je considère que les conclusions ne sont pas à la hauteur de la qualité du travail extraordinaire et des propositions qui ont été faites dans les ateliers. Je ne vais donc pas aller faire le beau ou aller dire dans un micro que le compte n'y est pas".

Lancés le 20 juillet dernier, ces  Etats généraux de l'alimentation réunissaient producteurs, industriels, distributeurs, associations de consommateurs et ONG environnementales, afin de revaloriser la situation des agriculteurs, de freiner la guerre des prix dans la distribution et de répondre aux nouvelles attentes des consommateurs...

Demande croissante

"Une offre large et des prix plus bas", c'est la promesse de la grande distribution, qui propose de plus en plus de produits bio dans ses rayons, s'alignant avec la demande croissante des consommateurs. Mais ce contrat n'est pas rempli, à en croire une récente étude de l'association UFC-Que Choisir...

Le panier de fruits et légumes bio est en effet 79% plus cher que son équivalent en produits conventionnels, selon les conclusions de cette enquête. S'approvisionner en pommes, carottes et autres tomates exclusivement bio revient pour un ménage français en moyenne à 660 euros, contre 368 euros pour les équivalents en conventionnel...

Des marges très élevées

"Si les coûts de production sont plus élevés en bio qu'en agriculture conventionnelle (rendements plus faibles, main-d'oeuvre relativement plus importante, coûts des contrôles et de la certification...), ceci n'explique qu'à peine la moitié du surcoût payé par les consommateurs", expliquait l'association.

Selon 'Que Choisir', 46% du surcoût du bio provient en réalité des marges brutes sur les fruits et légumes, qui sont deux fois plus élevées (+96%) en bio qu'en conventionnel. Seule la moitié du surcoût du bio payé par le consommateur va à la production, le reste étant capté par la distribution en "sur-marges", soulignaient les auteurs de cette étude...

Revente à perte

En attendant, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé jeudi la présentation prochaine d'un projet de loi visant à imposer un seuil de revente à perte de 10% sur les denrées alimentaires aux distributeurs.

Sur le front de l'environnement, les conclusions sont toutefois été moins précises, puisque les modalités de la sortie progressive des pesticides, dont le glyphosate d'ici trois ans, feront l'objet d'un plan au premier trimestre 2018.

Autre chose à faire

Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Stéphane Travert, a défendu vendredi la méthode de ces Etats généraux face à l'absence de Nicolas Hulot : "Il n'est pas venu, très bien. Je pense qu'il avait certainement d'autres choses à faire. Mais d'autres collègues étaient là pour porter les enjeux, la méthode a été saluée par l'ensemble des participants", a-t-il déclaré sur RTL.

Interrogé sur un possible départ du gouvernement du ministre qui a déjà été confronté aux épineux dossiers du nucléaire, du glyphosate ou du bio, le député et porte-parole de La République en Marche (LREM) Gilles Legendre a balayé cette hypothèse : "Franchement ça ne me paraît pas être le scénario le plus sérieux", a-t-il expliqué sur RTL... En coulisse, certains estiment que l'avenir de Nicolas Hulot au sein du gouvernement se joue désormais sur l'issue du dossier Notre-Dame-des-Landes début 2018...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.