Noël : 1 jouet sur 8 présente des anomalies de sécurité

Noël : 1 jouet sur 8 présente des anomalies de sécurité
jeu, jouet

Boursier.com, publié le jeudi 17 décembre 2020 à 15h56

Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et des fraudes, le taux d'anomalie relevé s'élève à 12,6%...

A une semaine de Noël, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et des fraudes (DGCCRF) a dévoilé ce jeudi une vaste enquête, dans laquelle elle affirme avoir constaté des anomalies de sécurité sur des jouets, lors de contrôles réalisés en 2019 sur plus de 10.200 produits vendus en France.

Selon les inspecteurs de la répression des fraudes, qui réalisent "chaque année des contrôles afin de vérifier le respect de la réglementation européenne par les professionnels du secteur des jouets et d'identifier d'éventuels produits dangereux commercialisés en France", le taux d'anomalie relevé s'élève à 12,6%.

Les jouets épinglés présentent divers manquements à la réglementation. Certains ne relèvent pas forcément du risque réel pour l'enfant, comme par exemple les problèmes d'étiquetage ou l'utilisation abusive de mention de sécurité, par exemple celle "interdit aux enfants de moins de 3 ans", appliquée sur des jouets destinés à des enfants bien plus grands.

"Présence de petits éléments dans les jouets"

Mais dans une seconde partie de l'enquête, lors de laquelle 760 jouets ont été analysés en laboratoire, la DGCCRF évoque des risques plus graves encourus en cas d'utilisation. Les résultats d'analyses ont conclu "à la non-conformité et à la dangerosité des jouets prélevés", qui atteignent un taux de 16%.

"Un certain nombre de dangers ont été relevés lors des contrôles de la DGCCRF. La principale cause de dangerosité enregistrée en 2019 reste la présence de petits éléments dans les jouets destinés aux enfants de moins de 3 ans", qui impliquent des risques d'étouffement, souligne la répression des fraudes.

Plus de 117.000 jouets détruits

La DGCCRF évoque également des risques de chutes sur des trottinettes instables, d'étouffement avec le rembourrage des peluches ou encore des déguisements en tissu inflammables... A la suite de ces contrôles, plus de 117.000 produits ont été détruits, "dont 32.962 peintures aux doigts, 20.270 'slimes', 14.363 peluches, 9.700 déguisements, 3.217 palettes de maquillage et 1.400 poupées", précise l'organisme.

"Les fabricants de jouets doivent s'assurer du respect de la réglementation européenne (établissement d'une documentation technique, évaluation des dangers, de la conformité du produit, etc.). Ils doivent également tenir compte et anticiper les risques qui peuvent porter atteinte à la sécurité des enfants", rappelle-t-il dans un communiqué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.