Notre-Dame-des-Landes : quelle indemnisation pour Vinci ?

Notre-Dame-des-Landes : quelle indemnisation pour Vinci ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 27 juin 2018 à 06h55

Le ministère des Transports a annoncé que le contrat de concession signé avec Vinci en 2010 pour l'aéroport de Nantes-Atlantique serait résilié après l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes. L'Etat lancera dans la foulée un appel d'offres pour un nouveau contrat de concession et d'exploitation de l'aéroport de Nantes, avec pour objectif que les travaux de réaménagement démarrent début 2021...

Les discussions se poursuivent actuellement avec le groupe français sur les conséquences financières de l'abandon du projet de Notre-Dame-des Landes et de cette résiliation, a indiqué le ministère des Transports.

Indemnisation financière

Un porte-parole du groupe de BTP et de concessions a déclaré que celui-ci prenait acte de la décision de l'Etat. "Vinci se tient à la disposition de l'Etat pour étudier les conséquences de cette résiliation", a-t-il dit, ajoutant que dans cette attente, la société concessionnaire poursuit son exploitation de l'aéroport de Nantes-Atlantique conformément au contrat de concession. Maintenant que la résiliation est prononcée, l'Etat et Vinci vont aborder le sujet de l'indemnisation financière...

Selon les auteurs du rapport gouvernemental qui a servi de base à l'abandon de l'aéroport controversé, Vinci peut prétendre à 350 millions d'euros d'indemnités au plus... Des montant inférieurs sont aussi évoqués, surtout si le sujet s'inscrit dans une négociation plus large, notamment avec en ligne de mire la descente de l'Etat au capital d'ADP, pour lequel Vinci a manifesté son intérêt.

Intérêt des deux parties

Bruno Le Maire s'était dit convaincu au mois de janvier dernier de pouvoir trouver un accord avec le groupe BTP "dans l'intérêt des deux parties".

Le ministre de l'Economie et des Finances avait rencontré, en compagnie de la ministre des Transports, Elisabeth Borne, le PDG de Vinci, Xavier Huillard, pour évoquer l'indemnisation du groupe. "Je pense que l'on peut trouver un accord de bonne entente entre Vinci et l'Etat", avait-il expliqué sur Europe 1. "Les discussions ont été très constructives... Donc j'ai bon espoir que nous trouverons un accord en bonne intelligence avec Vinci. Par conséquent la facture sera la plus réduite possible pour le contribuable", avait souligné le ministre, sans toutefois parler chiffres...

Sur la table

"Evitons d'avancer des chiffres fantaisistes", avait ajouté Bruno Le Maire, interrogé sur le montant de 350 millions d'euros évoqué dans un rapport d'experts comme étant la compensation maximale que pourrait demander le groupe de BTP... "L'agrandissement de Rennes, l'agrandissement de Nantes Atlantique, le développement des liaisons ferroviaires, tout ce qui permet au Grand Ouest de se développer" figurent sur la table...

Rappelons donc aussi que Vinci est en première ligne en vue de la privatisation prochaine du groupe ADP.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU