"Nous vivons dans un pays où un quart de la jeunesse est à l'arrêt" estime J-L Borloo

"Nous vivons dans un pays où un quart de la jeunesse est à l'arrêt" estime J-L Borloo
Jean Louis Borloo

Boursier.com, publié le vendredi 27 avril 2018 à 10h35

Le mois prochain, le gouvernement va annoncer son "plan banlieue", dans le but de rendre les périphéries de grandes villes plus attractives dans les années à venir... L'ancien ministre d'Etat, Jean-Louis Borloo, a remis jeudi au Premier ministre, Edouard Philippe, ses préconisations...

Investir massivement dans les banlieues

Invité vendredi matin sur CNews à s'expliquer, Jean-Louis Borloo a un souhait bien précis : "Je demande un minimum d'équité territoriale"...Selon l'ancien ministre, certains domaines sont primordiaux, comme l'aide aux communes à l'emploi ou encore l'école dans les banlieues et la rénovation urbaine.

Ces mesures auront évidemment un coût, alors que 48 milliards d'euros ont déjà été investis depuis 2003 à travers le programme national de rénovation urbaine.

Ainsi, ce nouveau plan pourrait coûter 10 milliard d'euros par an, dont 3 seraient pris en charge par l'Etat... Après avoir présenté son rapport au Premier ministre, Jean-Louis Borloo en est certain : "Nous avons complètement la capacité de régler tout ça".

Trop de jeunes au chômage

"Il y a notamment 500.000 jeunes de 16 ans à 24 ans, en bas des tours, les bras croisés... Nous vivons dans un pays où un quart de la jeunesse est à l'arrêt", a déclaré l'ancien ministre à des journalistes. Une situation inacceptable selon lui qui est le résultat des échecs successifs des politiques menées vis-à vis de la banlieue depuis 40 ans...

Pour remédier à cela, son rapport propose notamment la création de cités éducatives, qui regrouperaient autour des écoles tous les acteurs et les lieux participant à l'éducation des enfants.

Afin de relancer la rénovation urbaine et ainsi, "changer le visage des quartiers", il préconise aussi la création d'une fondation à laquelle seraient affectés les fonds d'Action logement...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU