Nouvel An : il y aura des fêtes "partout en France", selon l'Umih

Nouvel An : il y aura des fêtes "partout en France", selon l'Umih
nouvel an réveillon

Boursier.com, publié le jeudi 31 décembre 2020 à 11h02

Il "y a eu énormément de matériel loué", ce qui signifie que de nombreuses personnes vont braver les interdits et faire la fête dans des lieux privés, explique le président d'Umih-Nuit France...

Alors que les établissements de nuit sont fermés depuis de nombreuses semaines et le seront ce 31 décembre, le président de la branche nuit de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) Thierry Fontaine affirme que de nombreuses seront organisées le soir de la Saint-Sylvestre, malgré le couvre-feu et les mesures sanitaires recommandées.

"Le gouvernement n'a pas confiance en nous... Mais là, des fêtes pour le Nouvel An, il y en aura partout en France. Les jeunes et les gens vont faire la fête", a prévenu sur 'franceinfo' le patron d'une discothèque à Lyon.

En effet, il "y a eu énormément de matériel loué", ce qui signifie que de nombreuses personnes vont braver les interdits et faire la fête dans des lieux privés, a expliqué le représentant du monde de lui nuit. "C'est énorme le nombre de soirées qui vont être organisées ce soir", a-t-il estimé.

"Les gens veulent vraiment faire la fête"

Selon le président d'Umih-Nuit France, ce réveillon de la Saint-Sylvestre sera festif, car "les gens veulent vraiment faire la fête, ils veulent tirer un trait sur ce qui s'est passé en 2020". "Bien sûr que le ministère de l'Intérieur en attrapera quelques-unes", mais bien peu par rapport à la quantité, a-t-il ajouté, estimant que les fêtes privées et clandestines sont les grandes gagnantes de cette pandémie.

Dans une note que 'franceinfo' a pu consulter, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux forces de l'ordre de concentrer leur dispositif de contrôle sur les fêtes clandestines et les violences urbaines pour la soirée du Nouvel An. Plus de 100.000 policiers et gendarmes seront mobilisés.

"On a besoin d'entendre le mot discothèque" dans les voeux d'Emmanuel Macron

Se considérant comme les grands perdants du confinement, les représentants du monde de la restauration et de la nuit avait notamment appelé mi-décembre à manifester à Paris, alors que les patrons de discothèques, qui n'ont pas rouvert depuis le premier confinement, sont toujours sans date de réouverture.

"On a besoin d'entendre le mot discothèque" dans les voeux d'Emmanuel Macron, a assuré le président d'UMIH-Nuit France. "Je pense que c'est l'endroit et le moment" et "que les professionnels veulent être considérés, veulent qu'on ne les oublie pas. Et ils veulent que le gouvernement assume cette fermeture", a affirmé Thierry Fontaine...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.