Ouverture des commerces les dimanches de janvier : "Il n'y aura pas d'automaticité"

Ouverture des commerces les dimanches de janvier : "Il n'y aura pas d'automaticité"
Elisabeth Borne, ministre du travail

Boursier.com, publié le mercredi 06 janvier 2021 à 14h57

Les ouvertures dominicales pour le mois de janvier seront finalement décidées dans les départements après concertation avec les collectivités et les partenaires sociaux, a expliqué la ministre du Travail Elisabeth Borne...

Il n'y aura finalement pas de changement majeur pour les commerces... Alors que l'inquiétude grandit pour de nombreux commerces qui subissent un "recul important de chiffre d'affaires", le Conseil du commerce de France (CdCF), qui regroupe une trentaine de fédérations professionnelles du commerce, avait appelé à autoriser le secteur à ouvrir tous les dimanches du mois de janvier.

En novembre et décembre, des dérogations au repos dominical avaient d'ailleurs été permises pour les commerces qui avaient dû baisser le rideau pendant le confinement. Mais la ministre du Travail Elisabeth Borne a finalement annoncé qu'il n'y aura pas de règle générale pour la France, rappelant que la décision d'ouvrir les commerces le dimanche dépendait d'une concertation locale.

"Normalement, ces autorisations d'ouverture du dimanche, cela suppose d'avoir une concertation avec les collectivités, avec les partenaires sociaux. C'est bien ce qu'on a fait. Les préfets ont mené leur concertation et du coup, on a des situations différentes en fonction des résultats des concertations", a-t-elle précisé sur 'franceinfo' mardi.

Ouverture "les dimanches des soldes"

Mais "dans des départements, les partenaires sociaux ont dit : 'Non on n'ouvrira pas les dimanches de janvier'", a ajouté la ministre du Travail. "Dans la plupart des cas, on ouvrira comme on le fait chaque année pour les dimanches des soldes", mais "il n'y aura pas d'automaticité", a ainsi confirmé Elisabeth Borne.

Ouvrir tous les dimanches de janvier était une demande du CdCF. Dans un communiqué, il réclamait le renouvellement de la procédure dérogatoire collective décidée sur novembre et décembre pour "étaler" les courses de fin d'année. "Malgré une bonne reprise de la consommation liée au Black Friday et aux achats de fin d'année, le chiffre d'affaires" des commerçants dits non essentiels "reste en deçà de leurs prévisions", avait-il alerté.

"12 dimanches" par an

L'ouverture des magasins le dimanche doit se faire dans le respect des procédures et sur la base du volontariat pour les salariés, "avec des compensations financières et des repos pour compenser le travail du dimanche" et chaque commune a à disposition "les 12 dimanches du maire" par an, a par ailleurs tenu à rappeler la ministre.

Interrogé par 'Le Figaro', Jacques Creyssel, le délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), a dit regretter cette décision. "Nous sommes très clairement déçus. D'autant plus que le couvre-feu à 18 heures suppose d'ouvrir le dimanche pour étaler la clientèle", a-t-il souligné.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.