Paradis fiscaux : 4 nouveaux noms sur la liste noire de l'UE

Paradis fiscaux : 4 nouveaux noms sur la liste noire de l'UE©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 18 février 2020 à 14h56

Les ministres européens ont décidé d'accorder un répit à la Turquie, qui n'est finalement pas épinglée.

De nouveaux noms viennent de s'ajouter sur la liste noire des paradis fiscaux stigmatisés par l'Union européenne... Les ministres européens des Finances ont intégré le Panama, les Seychelles, les îles Caïmans et Palau. Ils ont en revanche décidé d'accorder un répit à la Turquie, selon un document officiel de l'UE cité par Reuters ce mardi.

Etablie en 2017, la liste noire comprend désormais douze entités dont les transactions financières sont soumises à un contrôle accru et qui risquent de perdre l'accès à des fonds européens. Y figuraient déjà les Fidji, le sultanat d'Oman, les Samoa, Trinidad et Tobago, le Vanuatu et trois territoires dépendant des Etats-Unis (Guam, les îles Vierges américaines et les Samoa américaines).

Un choix politique ?

La Turquie bénéficie pour sa part d'un an de sursis même si elle n'a pas mis à exécution les transferts automatiques d'informations fiscales avec la totalité des Etats membres de l'UE.

Les Européens ont pris cette décision pour prendre acte de l'adoption par le parlement turc des modifications législatives nécessaires. Mais d'après deux responsables européens, cette décision relève surtout d'un choix politique visant à ne pas tendre davantage les relations entre le bloc communautaire et Ankara.

La France aussi

La France aussi a mis à jour au mois de janvier sa propre liste des paradis fiscaux. Treize territoires et Etats sont épinglés par Bercy : Anguilla, les Bahamas, les Fidji, Guam, les Iles Vierges américaines, les Iles Vierges britanniques, Oman, le Panama, les Samoa américaines, les Samoa, les Seychelles, Trinité-et-Tobago et le Vanuatu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.