Paradis fiscaux : Oxfam devance l'UE et publie sa liste

Paradis fiscaux : Oxfam devance l'UE et publie sa liste
paradis fiscal paradis fiscaux

Boursier.com, publié le mardi 28 novembre 2017 à 12h40

L'Union européenne publiera le 5 décembre une liste noire des paradis fiscaux opérant en dehors de ses frontières. Mais selon Oxfam, confrontée à des "pressions politiques", l'UE ne devrait pas s'attaquer à tous les pays concernés, malgré le scandale suscité encore ces dernières semaines par les "Paradise Papers". Dans la perspective de cette publication, l'ONG a identifié "les pays qui devraient figurer sur une liste se voulant objective, efficace et crédible".

Et cette liste est longue... Au total, 35 pays suivants devraient être cités : Albanie, Ancienne république yougoslave de Macédoine, Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Aruba, Bahamas, Bahreïn, Bermudes, Bosnie Herzégovine, Curaçao, Émirats arabes unis, Gibraltar, Groenland, Guam, Hong Kong, Îles Caïmans, Îles Cook, Îles Féroé, Îles Marshall, Île Maurice, Îles Vierges Britanniques, Îles Vierges des États-Unis, Jersey, Montenegro, Nauru, Nouvelle Calédonie, Niué, Oman, Palaos, Serbie, Singapour, Suisse, Taiwan, Trinité-et-Tobago et Vanuatu.

Et l'Irlande ?

Oxfam rappelle que l'UE ne compte pas inclure de pays membres de l'UE mais estime que ce choix "nuit considérablement à la crédibilité du processus". L'ONG épingle donc l'Irlande, le Luxembourg, Malte et les Pays-Bas. "Cela a été confirmé par la Commission européenne à la suite d'une série de décisions marquantes à l'encontre d'Apple, d'Amazon et de Starbucks. Ces mêmes pays sont une nouvelle fois pointés du doigt dans les récents scandales fiscaux, y compris les Paradise Papers", écrivent les auteurs de cette étude.

Que reproche l'ONG à l'UE ? Elle estime que sa liste "se caractérise par son opacité et s'appuie sur des critères qui pourraient être considérablement renforcés. Il lui reste de la marge pour cibler les paradis fiscaux qui appliquent des taux d'imposition sur les sociétés très faibles, voire nuls". Par ailleurs, "ce processus pourrait également aller beaucoup plus loin en ciblant les différentes failles qui permettent aux entreprises d'échapper à l'impôt".

Oxfam note tout de même que l'UE a le mérite d'aller plus loin que la liste élaborée par l'OCDE et publiée en juin 2017. L'organisation y a déclaré "de manière absurde qu'un seul pays, Trinité-et-Tobago, ne répondait pas aux normes internationales de transparence".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU