Paris en zone d'alerte maximale à partir d'aujourd'hui : quelles sont les restrictions ?

Paris en zone d'alerte maximale à partir d'aujourd'hui : quelles sont les restrictions ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 06 octobre 2020 à 07h10

Les restaurants restent ouverts mais les bars ferment, de même que les piscines et les salles de sport. Les règles sont fixés pour quinze jours, dans la capitale, dans les Hauts-de-Seine, en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne.

Paris et la petite couronne basculent ce mardi dans un nouveau régime de restriction face à la progression de l'épidémie de coronavirus. Les nouvelles mesures, qui ont été détaillées hier, s'appliqueront jusqu'au lundi 19 octobre inclus avant d'être réévaluées au regard de l'évolution des indicateurs de l'épidémie...

Les bars fermés, les restaurants restent ouverts

"A compter de mardi, tous les bars devront être fermés", a indiqué le préfet de police Didier Lallement en évoquant la situation s'appliquant à la capitale et aux trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne).

En revanche, a ajouté le préfet de police de Paris, "les restaurants que l'on définit comme étant des établissements dont l'activité principale est la vente de repas (...) pourront rester ouverts à leurs horaires habituels sous réserve du strict respect d'un nouveau protocole sanitaire validé par le Haut Conseil de santé publique".

Cette politique va également s'appliquer aux restaurants d'Aix et de Marseille qui peuvent rouvrir depuis hier en respectant de strictes consignes sanitaires.

La fermeture généralisée des restaurants et des bars à Aix-Marseille et en Guadeloupe, les premiers territoires français à avoir basculé en zone d'alerte maximale fin septembre, avait été extrêmement décriée par les élus locaux et les acteurs économiques.

Pas de vente d'alcool à emporter

A Paris et dans la petite couronne, l'interdiction déjà en vigueur de la vente à emporter et de la consommation d'alcool sur la voie publique à partir de 22h00 reste d'actualité. Le préfet Lallement a décidé en outre d'interdire "explicitement les soirée étudiantes et tout type de rassemblements festifs ou familiaux dans les établissements recevant du public (ERP)".

"Les cérémonies de mariage peuvent avoir lieu dans les mairies ou dans les lieux de culte, mais les fêtes de mariage dans les ERP ne sont pas autorisées", a-t-il poursuivi. Ces mesures, a-t-il précisé, ne visent pas les lieux privés.

Un client pour 4 mètres carrés dans les grands magasins

Concernant les grands magasins et les centres commerciaux, ils devront au maximum accueillir un client pour 4 mètres carrés, ce qui limitera le nombre de personnes à même de s'y croiser tout en garantissant une "bonne vitalité économique nécessaire".

Fermeture des piscines

Les gymnases, les salles polyvalentes et les piscines seront fermées pendant les quinze jours à venir "mais en accord et à la demande du maire de Paris et parce que nous entrons dans une période de vacances scolaire nous avons souhaité que ces espaces puissent continuer à accueillir des mineurs que ce soit dans un cadre scolaire, associatif ou privé".

Pour les manifestations sportives en plein air, la règle reste la jauge maximale à 1.000 personnes ou à 50% de la capacité des enceintes si elles peuvent accueillir moins de 1.000 spectateurs. La règle reste donc inchangée pour les internationaux de France de tennis qui se déroulent en ce moment à Roland-Garros...

50% de présence dans les facs

Dans les universités, où le recteur d'académie Christophe Kerrero a fait état d'une baisse significative des contaminations après les pics enregistrés à la rentrée, la capacité sera réduite à 50% dans tous les lieux (salles de cours, amphithéâtre et réfectoires).

La majorité des établissement universitaires a déjà adopté le "format hybride" de cours en présentiel et à distance, a-t-il dit, insistant sur la nécessité pour les étudiants de "garder un contact réel avec leurs enseignants".

Evoquant les éventuels contrevenants, Didier Lallement a prévenu : "Nous serons implacables pour ceux qui veulent en permanence contourner la règle. Ils sont très, très peu nombreux, malheureusement ils existent et cela m'arrive encore de fermer un certain nombre d'établissements."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.