Paris : vers la fin des cars de tourisme en 2024 ?

Paris : vers la fin des cars de tourisme en 2024 ?
Car, autocar, bus, touristes, Paris

Boursier.com, publié le mercredi 11 décembre 2019 à 14h03

Parmi ses propositions pour "pour un tourisme à impact positif" dans la capitale, la Ville de Paris souhaite interdire progressivement les autocars de tourisme, pour une suppression totale en 2024.

Les autocars de tourisme sont-ils amenés à disparaître du paysage parisien ? Oui, à en croire l'adjoint à la mairie de Paris en charge du tourisme Jean-François Martins qui a publié mercredi ses propositions "pour un tourisme à impact positif", repérées par 'Le Figaro'. Selon lui, ces véhicules posent notamment "des problèmes de pollution, de nuisances visuelles et sonores".

C'est pourquoi "la Ville de Paris a travaillé en collaboration avec les professionnels pour définir un plan de sortie du diesel des autocars". Ainsi, d'ici à 2024, "plus aucun autocar au diesel ne pourra circuler dans Paris, seuls ceux aux motorisations propres (GNV ou électrique, par exemple) y seront autorisés", explique-t-il dans une note publiée sur le site du think tank Terra Nova.

1.200 autocars par jour en haute saison

Selon les estimations de la mairie de Paris, 1.200 cars sillonnent quotidiennement la capitale en haute saison et se concentrent généralement autour des sites touristiques majeurs et des grands magasins. "À cela, il convient d'ajouter les 400 autocars longue distance quotidiens (les fameux 'cars Macron'), au développement fulgurant depuis la promulgation de la loi Croissance et Activité en 2015", explique Jean-François Martins.

Il ajoute qu'il faut aussi prendre en compte les bus touristiques dits "hop-on hop-off", qui sont une centaine, "mais tournent 5 à 8 fois par jour dans le coeur de la capitale". C'est beaucoup trop, selon l'adjoint au maire qui estime que sur le secteur Haussmann-Opéra, "un linéaire de stationnement de 4 km serait nécessaire si l'on souhaitait pouvoir faire stationner l'ensemble des cars".

Renforcement des opérations de contrôle et de verbalisation

Les autocars devront ainsi se garer à l'extérieur de la capitale. Par ailleurs, Jean-François Martins propose aux autocars de tourisme une aide à la conversion d'un montant de 9.000 euros par véhicule. La Ville a également déjà mis en place des zones de dépose/reprise et 500 places de stationnement réservées aux autocars.

Dans sa démarche de réduire le nombre de cars de tourisme dans la capitale, la mairie de Paris aurait d'ailleurs déjà multiplié les opérations de contrôle et de verbalisation, comme l'avait rapporté fin novembre 'Le Parisien' sur son site. L'adjoint chargé du tourisme avait alors précisé au quotidien que les voyages de groupe ne représentent que 10% des arrivées à Paris. "500 places, c'est suffisant", avait-il affirmé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.