Parti socialiste : le cas Mélenchon divise...

Parti socialiste : le cas Mélenchon divise...©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 08 mars 2018 à 08h51

Hier soir, les quatre candidats au poste de premier secrétaire du PS ont débattu en direct, des échanges simultanément diffusés sur LCI et RTL. Stéphane Le Foll, Luc Carvounas, Olivier Faure et Emmanuel Maurel se sont affrontés sur trois thèmes pré-déterminés : l'exercice du pouvoir, les enjeux écologiques, économiques et sociaux, l'Europe et la mondialisation.

Pendant une heure et demie, les quatre hommes ont eu à coeur de marquer leur différence, même si le favori des sondages, le député de la Sarthe Stéphane Le Foll, a marqué des points en se positionnant dans une opposition "résolue et intelligente".

Renaissance ?

Méconnu du grand public, Olivier Faure a invité à une "renaissance" de sa famille politique :"Il existe un président des riches, il faut un parti pour tous les autres", a-t-il dit en plaidant pour le rassemblement.

"Je suis de gauche et rien de ce qui est de gauche ne m'est étranger", a dit Emmanuel Maurel, classé à l'aile gauche du PS. De quoi plaire à ceux qui appelle un rapprochement avec les Insoumis de Mélenchon

Question de positionnement

Luc Carvounas a indiqué pour sa part qu'entre un candidat La République en marche et un candidat La France insoumise, il voterait clairement pour le second...

"C'est Jean-Luc Mélenchon qui ne veut pas s'allier avec les socialistes, c'est lui qui veut nous remplacer", a temporisé pour sa part Olivier Faure. Le président du groupe Nouvelle gauche a aussitôt été taclé par Luc Carvounas pour avoir choisi de s'abstenir lors du vote de confiance à la nouvelle majorité. "La synthèse molle, on a vu où elle nous a menés", lui a-t-il lancé...

Lourd héritage

Plus nuancé sur la question, sans renier l'héritage de François Hollande, Stéphane Le Foll a estimé qu'une alliance avec Jean-Luc Mélenchon ne serait possible qu'à condition que le PS soit en position de force, comme naguère François Mitterrand avec les communistes...

Selon Stéphane Le Foll, "le passé a été purgé avec les élections", a estimé l'ancien ministre de l'Agriculture. "Il faut se relever, avoir de la fierté", a ajouté celui qui veut désormais incarner "une voix" socialiste dans les débats publics et politiques.

Favori des sondages

Selon les derniers pointages, Stéphane Le Foll arrive nettement en tête des préférences des militants socialistes (38%) pour décrocher le poste, loin devant ses rivaux.

Rappelons que les militants socialistes sont appelés à désigner le premier secrétaire du parti le 29 mars après un vote le 15 mars sur les motions qui leur seront soumises... 30.000 votants sont attendus. Stéphane Le Foll part donc avec l'énorme avantage de sa notoriété par rapport à ses challengers au déficit de notoriété évidente. Il propose de "redresser" le parti après une année 2017 noire marquée par les débâcles électorales et les défections...

Défi à relever

"A partir de maintenant, je suis décidé à relever un défi, des défis pour lesquels le Parti socialiste a besoin à la fois de se renouveler, de s'adapter, d'être à nouveau entendu", avait-il déclaré sur BFMTV en janvier dernier.

"Ce n'est pas parce qu'il y a des difficultés qu'il faut abandonner le navire, au contraire", avait-il ajouté. "Il faut essayer de faire en sorte de le redresser, de se donner les moyens de s'adapter à un contexte qui a complètement changé."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.