Payer ses impôts chez le buraliste, c'est désormais possible dans 10 départements !

Payer ses impôts chez le buraliste, c'est désormais possible dans 10 départements !©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 24 février 2020 à 17h57

Le service a commencé son expérimentation ce lundi dans dix départements. Il sera étendu progressivement à l'ensemble du territoire d'ici au 1er juillet...

La phase de test a commencé pour le "paiement de proximité"... Depuis ce lundi, les particuliers peuvent désormais acquitter leurs impôts, amendes, factures de cantines scolaires, d'hôpital, de crèche ou de piscine chez leur buraliste, comme l'a annoncé la Direction des finances publiques et la Confédération nationale des buralistes.

Pour pouvoir utiliser ce service, il faudra vérifier que la facture comporte un QR code et se rendre dans un bureaux de tabac équipé de machines de la Française des Jeux, dont la liste est détaillée auprès du centre des finances publiques local ou sur le site impots.gouv.fr.

Ce lundi matin, 22 bureaux ont pu proposer ce dispositif à leurs clients. Au total, quelque 600 bureaux de tabac situés dans dix départements (Corrèze, Côtes-d'Armor, Corse du Sud, Gard, Loire, Marne, Oise, Haute-Saône, Yvelines, Vaucluse) pourront permettre aux contribuables de régler certaines taxes directement dans leur commerce à la fin du mois de mars 2020.

"Pas de risque" pour la confidentialité

Par la suite, l'opération doit être progressivement étendue à tout le territoire, DOM-TOM compris, d'ici le 1er juillet 2020. Ainsi, 6.200 bureaux de tabac partenaires proposeront ce nouveau service, selon Philippe Coy, le président de la Confédération nationale des buralistes, qui s'est dit, sur 'RTL', "très heureux d'être attributaire de ce marché public et de donner plus de proximité aux usagers".

Philippe Coy a tenu par ailleurs à rassurer les contribuables, en indiquant que les buralistes volontaires pour l'opération devront passer un examen. Après une formation de 20 minutes (confidentialité, lutte contre le blanchiment et la contrefaçon ...), ces derniers devront en effet réussir un test pour valider leur agrément.

Il assure également qu'"il n'y a pas de risque à ce que l'on connaisse la nature de l'impôt, l'usager viendra scanner en autonomie son document et le buraliste ne verra qu'un montant à régler".

"Une double privatisation"

Saluée par les buralistes, cette nouveauté n'est toutefois pas vue d'un bon oeil par certains syndicats, qui soulèvent plusieurs problèmes, notamment en termes de fonctionnement et de confidentialité. Contacté par '20 Minutes', Olivier Brunelle, secrétaire général adjoint du syndicat Force ouvrière de la Direction générale des finances publiques a rappelé qu'à la DGFiP, l'identité du payeur est "systématiquement" vérifié alors que "les buralistes ne pourront pas le faire". De plus, "vu la taille des établissements, il est difficile de cacher l'écran où s'affiche le montant à régler", a-t-il ajouté...

"Ce qui était fait 'gratuitement' auparavant deviendra payant pour l'Etat", estime également Olivier Brunelle. Selon lui, "il s'agit d'une double privatisation, puisque les buralistes vont toucher 1,50 euros HT par opération. Mais la Française des Jeux aussi aura sa part, et on ne sait même pas ce qu'elle représente".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.