Pêche électrique: déblocage du port de Calais

Chargement en cours
 Des bateaux de pêche quittent le port de Calais le 25 janvier 2018 pour prendre part à un blocus pour protester contre la pêche électrique pratiquée par les pêcheurs hollandais

Des bateaux de pêche quittent le port de Calais le 25 janvier 2018 pour prendre part à un blocus pour protester contre la pêche électrique pratiquée par les pêcheurs hollandais

1/2
© AFP, PHILIPPE HUGUEN

AFP, publié le jeudi 25 janvier 2018 à 22h54

Les bateaux qui ont fortement perturbé le trafic transmanche en bloquant jeudi les ports de Calais et de Boulogne-sur-Mer pour protester contre la pêche électrique ont levé leurs barrages en fin d'après-midi, le gouvernement ayant annoncé une rencontre avec les pêcheurs vendredi.

Conséquence immédiate: le trafic des ferries, habituellement important le jeudi (3.450 poids lourds attendus jeudi selon la préfecture) a pu reprendre entre Calais et Douvres (Grande-Bretagne), après de forts ralentissements (un ferry toutes les heures au maximum, au lieu de un toutes les demi-heures en temps normal). Un ferry de la compagnie DFDS, bloqué sur la rade depuis la mi-journée, faisait d'ores et déjà son entrée dans le port de Calais en début de soirée.

Les fileyeurs, en provenance de Boulogne-sur-Mer, Calais et Dunkerque, ont en effet déplacé leurs embarcations pour libérer les jetées du port qu'ils obstruaient depuis le petit matin. Le sous-préfet de Calais a confirmé aux protestataires qu'un conseiller spécial du ministère de l'Agriculture allait les recevoir, vendredi après-midi. 

Le vice-président du Comité départemental et régional des pêches maritimes Nord-Pas-de-Calais, Stéphane Pinto, a détaillé ce qu'il attendait du gouvernement auprès de la presse: "Les points à défendre c'est l'exonération des charges du dernier trimestre 2017 et des deux premiers trimestres 2018, une aide de 30.000 euros par bateau, le paiement d'aides à la motorisation et la certitude que le ministre défende l'interdiction de la pêche électrique".

La région Hauts-de-France a annoncé pour sa part qu'elle abondait le fonds d'urgence créé récemment d'environ 250.000 euros.

- 'Mer ravagée' -

Plus tôt dans la journée, mettant la pression sur les autorités, la directrice générale de P&O Ferries, Janette Bell, avait cinglé: "Il est absolument inacceptable qu'il soit permis à un petit nombre d'individus d'immobiliser un port sur lequel des milliers d'entreprises et de touristes comptent chaque jour". 

"Nous n'ignorons pas le problème des pêcheurs mais en aucun cas ceux-ci ne doivent leur permettre de perturber le travail de centaines d'entreprises, causant pour cette seule journée plusieurs millions d'euros de pertes sur les deux sites portuaires", a abondé par communiqué en fin de journée le PDG de la Société d'exploitation des ports du détroit, Jean-Marc Puissesseau.

L'action avait commencé bien avant le lever du jour. A partir de 05h30, une dizaine de pêcheurs avaient interdit l'accès routier à la gare de marée du port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Le sas commandant l'entrée du bassin où les senneurs (pêcheurs qui utilisent un filet appelé senne) néerlandais débarquent le poisson a également été bloqué, dans la matinée, par deux fileyeurs.  

Les pêcheurs du littoral entendent protester contre la pêche électrique, pratiquée par des navires néerlandais en mer du Nord.

"On demande des mesures d'accompagnement d'urgence à l'État français et une aide financière rapide", a déclaré à Calais Christian Dubois, du comité régional des pêches, réclamant 30.000 euros par bateau sur trois ans. "Contre la pêche électrique, il est trop tard. Les Hollandais ont ravagé la mer et il n y a plus de poissons. Il faudrait 4 à 5 ans pour que la ressource se reconstitue sur nos côtes", a-t-il ajouté.

Ce mouvement des pêcheurs survient après que le Parlement européen a pris position le 16 janvier contre la pêche électrique dans l'UE. 

Ce vote n'est qu'une étape du long parcours législatif du texte au sein de l'UE, le Parlement devant entrer en négociation avec le Conseil (les Etats membres) et la Commission européenne pour trouver un compromis final. La France a apporté son soutien à une interdiction totale.

Cette position avait été réaffirmée la veille par le ministre Stéphane Travert, lorsqu'il avait reçu le Comité national des pêches maritimes et des élevages marins (CNPMEM).

Au total, au sud de la Mer du nord, 84 navires néerlandais pratiquent aujourd'hui la pêche électrique. La Belgique a demandé une dérogation pour trois navires.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
34 commentaires - Pêche électrique: déblocage du port de Calais
  • avatar
    thurinoise -

    On avait cru comprendre que Bruxelles avait interdit dernièrement ce type de pêche que l'on ne peut qualifier de pêche mais d'arme de destruction massive ? Pour répondre à Madame la directrice générale de P&O Ferries, Janette Bell, dans ce pays, les gouvernements attendent le bras de fer faute d'avoir su ou voulu résoudre les problèmes en amont. Bien sûr, après c'est le bazar et il faut gérer dans l'urgence. Que fera-t-on quand il n'y aura plus de poissons dans les mers ? On deviendra végan ?

  • avatar
    tigerland -

    C'est quoi cette Europe qui autorise la destruction des mers, la destruction des abeilles, les magouilles sur le diesel, la destruction de la terre! C'est malheureux de voir des pêcheurs faire grève pour une raisson légitime, alors que cette mafia européenne appuie des lobbies! Il faut encore voter pour empêcher cela sachant que nos votes seront faibles face aux profits à courts termes et que la terre continue de se détruire par la faute de financiers et politiciens véreux!

    avatar
    Tueur -

    ouais, je fais pécher mes chalutiers en douce .......

  • avatar
    alasoupe -

    Quel gâchis... Décidément, l'humain réfléchit avec ses pieds, c'est désolant... Ce type de pêche est un massacre, et tant que la ressource n'est pas épuisée, ils sont assez abr...tis pour continuer .

  • avatar
    lisosi -

    Mme Janette Bell se plaint que les touristes n'ont pu se rendre en Angleterre, mais elle ne veut pas prendre des migrants à bord pour les conduire chez elle

  • avatar
    JEANPAIN -

    bin la pêche électrique a été interdite par l'UE pourquoi manifester.......
    de plus Boulogne est le 1er port de pêche de France pourquoi ne pas manifester là bas?
    gêner le trafic transmanche, faire gagner des points à eurotunnel et aux ferries au départ de dunkerque et boulogne est aussi dans leurs intentions, non?

    avatar
    thurinoise -

    On avait cru comprendre aussi que ce type de pêche (enfin si l'on peut appeler cela pêche) avait été interdite récemment par Bruxelles, mais apparemment ce n'est pas effectif et on peut assurer sans se tromper que les hollandais vont traîner les pieds, d'autant plus qu'ils se moquaient des pêcheurs français qui n'avaient pas suivi la voie électrique !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]