Pendant le confinement, plus de 15.000 Français sont allés travailler en agriculture

Pendant le confinement, plus de 15.000 Français sont allés travailler en agriculture©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 03 juin 2020 à 14h12

Le ministre de l'Agriculture a lancé un nouvel appel à aller travailler dans le secteur agricole, qui a toujours besoin de travailleurs saisonniers...

Fin mars, le gouvernement avait appelé les Français qui n'ont plus d'activité" à rejoindre "l'armée de l'agriculture". Alors que le confinement et la fermeture des frontières ont engendré un problème de main-d'oeuvre pour l'agriculture française, le ministre Didier Guillaume a indiqué ce mercredi que "plus de 15.000 Français sont allés travailler en agriculture" pendant le confinement.

Or, "on a besoin de main d'oeuvre étrangère et de travailleurs saisonniers", a-t-il affirmé au micro de 'Sud Radio" ce mercredi. Selon les chiffres du ministre de l'Agriculture, il faut "plus de 100.000 travailleurs saisonniers par mois" en France.

Pour les travailleurs agricoles de l'Union européenne, "on a rouvert les frontières", a-t-il précisé. Les frontières avec le Maghreb sont, elles, toujours fermées. "Pour l'instant c'est la décision qui a été prise par le Premier ministre et je pense que ça va être fermé par mesure de prévention, de sécurité, tout l'été", a-t-il estimé.

Nouvel appel

Dider Guillaume se veut toutefois rassurant et estime qu'avec les travailleurs de l'Union européenne la situation pourra s'améliorer. Le ministre en a également profité pour lancer un nouvel appel aux personnes au RSA, par exemple, à aller travailler dans le secteur agricole.

Par ailleurs, le ministre a estimé que l'enjeu des prochaines semaines était "que les produits français ne soient pas trop chers par rapport aux produits étrangers". Selon lui, "il faut que l'agriculture française puisse nourrir en masse de nos concitoyens".

"Travaillons, consommons français !"

Évoquant le bond de la consommation locale durant la crise, le ministre de l'Agriculture dit avoir "été ravi de voir cela". "Lorsqu'on fait un acte d'achat, il faut regarder ce qu'on achète. Il est important d'acheter français autant que faire se peut", a-t-il affirmé, rappelant le travail sur l'étiquetage qui a donné lieu à une loi que "le parlement a votée".

"Maintenant on va savoir d'où vient le miel, on va savoir d'où vient la viande", a poursuivi Didier Guillaume, qui espère aller plus loin et transposer cette transparence aux produits transformés. "Travaillons, consommons français", a-t-il lancé, invitant les Français à "sortir, aller au restaurant en respectant les gestes barrières"...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.