Pendant le confinement, un Français sur dix s'est vu refuser un paiement en espèces

Pendant le confinement, un Français sur dix s'est vu refuser un paiement en espèces©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 04 juin 2020 à 16h30

Depuis la pandémie de Covid-19, certains commerçants n'acceptent pas d'être réglés en espèces, par crainte d'une contamination. Mais ce refus est interdit par la loi...

Coronavirus ou pas, refuser un paiement en espèces pour toute transaction inférieure à 1.000 euros reste illégal... Alors que la Répression des fraudes avait déjà été saisie de plusieurs cas de commerces qui déclinaient les paiements en liquide pour des raisons sanitaires, 11% des Français affirment avoir déjà été confrontés à cette situation pendant le confinement, selon un récent un sondage Ifop pour la société de transport de fonds Brinks.

Face à la hausse des refus de paiements en liquide, la Fédération des Entreprises de Sécurité Fiduciaire avait d'ailleurs saisi le 15 mai dernier par courrier la Direction Générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) pour "entrave à la liberté de paiement".

Cela "profite évidemment aux grands opérateurs privés internationaux gérant les cartes bancaires et terminaux de paiement, ceux-ci ayant mis en oeuvre des communications orientées afin de nourrir les craintes - non avérées - liées au paiement en espèces" dans un contexte de pandémie de coronavirus, a expliqué la fédération dans un communiqué.

67% des Français privilégient le cash pour les achats du quotidien

Pour l'heure, le paiement en espèces reste privilégié par 67% des Français pour les petits achats du quotidien (contre 87% l'année dernière), et ce malgré les deux mois de confinement, selon l'enquête. Parmi les consommateurs sondés, 39% se disent prêts à changer de commerce s'ils se voyaient refuser le paiement en espèce. Pour les autres dépenses (restaurant, achats divers), plus de 80% des personnes interrogées déclarent utiliser d'autres moyens de paiement.

Selon les chiffres de la BCE, les billets et les pièces représentaient en 2017 plus de 50% des transactions en valeur et 70% en volume. Mais l'inquiétude grandit pour la filière, qui estime que les transactions en liquide devraient se replier de 30% d'ici à 2023. Pour le PDG de Brink's France Patrick Lagarde, interrogé par 'Les Echos', la crise va d'ailleurs "probablement accélérer cette tendance avant d'atteindre un certain seuil".

Plafond du paiement sans contact relevé

Par ailleurs, face à la crainte de transmission du nouveau coronavirus par les billets, le paiement sans contact, considéré comme l'un des gestes barrières prôné par les commerçants et le gouvernement, a progressé pendant le confinement.

Au lendemain du confinement, le 11 mai dernier, son plafond a même été relevé, passant ainsi de 30 à 50 euros. Le relèvement de ce plafond était déjà à l'étude, mais la pandémie de Covid-19 avait permis d'accélérer les discussions entre les banques françaises, décisionnaires en la matière...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.