Plan de relance : les PME-TPE auront "beaucoup plus" que 3 milliards d'euros

Plan de relance : les PME-TPE auront "beaucoup plus" que 3 milliards d'euros
Alain Griset, ministre délégué aux PME.

Boursier.com, publié le vendredi 14 août 2020 à 16h45

"Naturellement, il y aura beaucoup plus pour les TPE-PME qui représentent 95% de l'économie française", a assuré le ministre délégué aux PME Alain Griset...

A combien se chiffrera l'aide aux petites et moyennes entreprises ? Alors que le plan de relance du gouvernement doit être présenté le 25 août prochain en Conseil des ministres, le ministre délégué aux PME Alain Griset est revenu sur le chiffre de 3 milliards d'euros d'aides pour les PME annoncé par Bruno Le Maire.

Le ministre de l'Economie "a indiqué 3 milliards spécifiques pour accompagner les PME qui voudraient investir sans mettre en danger leur situation", a-t-il rappelé ce vendredi au micro de 'CNews', avant d'ajouter :"naturellement, il y aura beaucoup plus que 3 milliards pour les TPE-PME qui représentent 95% de l'économie française".

Alain Griset reconnaît toutefois "ne pas pouvoir totalement chiffrer" le montant de l'enveloppe. "Par exemple sur la rénovation énergétique, où il y aura 30 milliards, cela dépendra de la façon dont les entreprises vont se mobiliser dans ce domaine-là", a-t-il expliqué.

Pas de retour au niveau d'avant-crise avant 2022

Alors que le retour aux niveaux d'activités économiques pré-coronavirus n'est pas attendu avant 2022, le ministre a également assuré qu'il veillera "aux côtés de Bruno Le Maire" que chaque entreprise "puissent bénéficier de ces outils".

Pour rappel, le plan de relance de 100 milliards d'euros a pour objectif de "retrouver d'ici à deux ans le niveau d'activité économique que nous avions avant la pandémie", avait détaillé jeudi Bruno Le Maire au journal 'Sud Ouest'. "Il bénéficiera "à tous les Français. Et en particulier ceux qui cherchent un emploi. La transition écologique en sera le fer de lance".

Les TPE et PME ont particulièrement été frappées par la crise du #COVID19. Le gouvernement ne les laisse pas tomber. ?? @alaingriset https://t.co/CVAs8kLifS pic.twitter.com/B5WqQpwNXt
- Bruno Le Maire (@BrunoLeMaire)

Par ailleurs, alors que le Premier ministre Jean Castex évoquait la possibilité de "généraliser au maximum le port du masque sur le lieu de travail", le ministre délégué a indiqué de son côté que les règles concernant cette question pourraient être amenées à "évoluer" prochainement.

Le milieu de l'entreprise est vecteur "à 20%" de la propagation

Au travail, cette mesure sanitaire ne doit pour l'heure s'appliquait que dans certaines situations, notamment dès lors que la distanciation d'un mètre avec d'autres salariés.

"Des rencontres vont se passer dès aujourd'hui avec les partenaires sociaux pour voir de quelle manière il faut, dans telle ou telle situation, obliger les salariés, les entrepreneurs et les clients à porter le masque", a-t-il précisé.

S'il estime que le masque est "souvent porté" au travail de façon globale, le milieu de l'entreprise est vecteur "à 20%" de la propagation du Covid-19, le reste étant provoqué par des "clusters familiaux" ou "des fêtes". Mercredi, la Confédération des petites et moyennes entreprises a affiché dans un communiqué son opposition à un durcissement des règles sur le port du masque dans les entreprises, jugeant que l'imposer de manière "systématique" serait "excessif"...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.