Plan de transformation d'Engie: "le plus dur est fait", assure Mestrallet

Chargement en cours
 Gérard Mestrallet, lme 16 octobre 2017 à Paris

Gérard Mestrallet, lme 16 octobre 2017 à Paris

1/2
© AFP, ERIC PIERMONT
A lire aussi

AFP, publié le mardi 12 décembre 2017 à 20h59

Le président du géant français de l'énergie Engie a assuré mardi que "le plus dur" a été fait dans le cadre du plan de transformation de l'entreprise, précisant que l'exécution de ce dernier était "très en avance" par rappport à ce qui était prévu.

Confronté au bouleversement du secteur européen de l'énergie, Engie a lancé en 2016 un plan de transformation sur trois ans qui comprend un plan de cession de 15 milliards d'euros d'actifs à l'horizon 2018 et 22 milliards d'euros d'investissements. 

"Le plus dur est fait, d'ailleurs l'exécution du plan est très en avance sur ce qui était prévu, puisqu'on avait un plan à trois ans et on peut dire que l'essentiel au bout de deux ans va être atteint", a souligné sur BFM Business Gérard Mestrallet.

Au 30 septembre, 83% de ce plan était réalisé, tout comme 90% du programme de performance, qui prévoit 1,2 milliard d'euros d'économies d'ici 2018.

Ce plan doit faire d'Engie le chef de file de la transition énergétique, en mettant l'accent sur les énergies bas carbone, les services énergétiques et les activités à prix régulés ou garantis contractuellement. 

"On ne parle pas assez de l'efficacité énergétique, c'est central, à la fois pour les économies d'énergie mais (aussi) pour la lutte contre le réchauffement climatique", a complété M. Mestrallet, qui est également président de l'association de promotion de la place financière de Paris, Paris Europlace.

Début novembre, Engie a confirmé ses objectifs pour 2017, après avoir vu ses résultats se replier sur les neuf premiers mois de l'année du fait de cessions.

 
1 commentaire - Plan de transformation d'Engie: "le plus dur est fait", assure Mestrallet
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    de la censure, encore de la censure, toujours de la censure sur le Forum Orange.
    Et bien puisque sur la rubrique Finance, un bug est là ...... moi aussi
    référence à l'article :
    LR: Wauquiez fustige le choix de Bertrand
    Statut : refusé
    Il y a une heure
    le 12 12 2017 à 13 26
    je pense que pour bien comprendre et connaître les valeurs de l'UMP, le plus simple est encore d'écouter un discours de Chirac ( facile à trouver sur internenette) et qui s'appelle du bruit et de l'odeur , ou quelque chose comme ça.

    Un fois entendu ce que disait Chirac en 91, cela permet de savoir qui aurait traverser des " lignes rouges" comme dit M, Juppé et surtout de savoir dans quel sens.

    de wikipédia :

    Le discoursLe 19 juin 1991, au cours d'un dîner-débat du RPR, Jacques Chirac prononce le discours qui contient l'expression le « bruit et l'odeur ». Voici un extrait5, portant sur l'immigration :

    « Notre problème, ce n'est pas les étrangers, c'est qu'il y a overdose. C'est peut-être vrai qu'il n'y a pas plus d'étrangers qu'avant la guerre, mais ce n'est pas les mêmes et ça fait une différence. Il est certain que d'avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d'avoir des musulmans et des Noirs […] Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte-d'or où je me promenais avec Alain Juppé il y a trois ou quatre jours, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! [applaudissements nourris] Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur [rires nourris], eh bien le travailleur français sur le palier devient fou. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n'est pas être raciste que de dire cela. Nous n'avons plus les moyens d'honorer le regroupement familial, et il faut enfin ouvrir le grand débat qui s'impose dans notre pays, qui est un vrai débat moral, pour savoir s'il est naturel que les étrangers puissent bénéficier, au même titre que les Français, d'une solidarité nationale à laquelle ils ne participent pas puisqu'ils ne paient pas d'impôt ! [...] Il faut que ceux qui nous gouvernent prennent conscience qu'il y a un problème de l'immigration, et que si l'on ne le traite pas et, les socialistes étant ce qu'ils sont, ils ne le traiteront que sous la pression de l'opinion publique, les choses empireront au profit de ceux qui sont les plus extrémistes6,7. […] [Au sujet des épiciers de proximité] La plupart de ces gens-là sont des gens qui travaillent, des braves gens ; on est bien content de les avoir. Si on n'avait pas l'épicier kabyle au coin de la rue, ouvert de 7 heures du matin à minuit, combien de fois on n'aurait rien à bouffer le soir8 ? »

    avatar
    rocky130 -

    vous avez raison, on est souvent censuré pour des évidences qu'il ne faut pas dire car c'est politiquement incorrect !
    bon courage

    avatar
    rocky130 -

    vous avez raison, on est souvent censuré pour des évidences qu'il ne faut pas dire car c'est politiquement incorrect !
    bon courage

    avatar
    boz73 -

    Si ta pas à bouffer le soir ,c'est que tu est un peu con, car prévoir c'est gouverner et son frigo ça se gouverne, tu te fais une liste de ce que tu veut manger et tu agis en conséquence, sinon tu est plus con que con.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]