Porc, auto: des produits américains dans le viseur de la Chine

Porc, auto: des produits américains dans le viseur de la Chine
La viande de porc américaine est dans le viseur des douanes chinoises

AFP, publié le mercredi 16 mai 2018 à 11h54

La viande de porc américaine et des automobiles fabriquées aux Etats-Unis sont dans le viseur des douanes chinoises, a-t-on appris mercredi, alors que plane toujours la menace d'une guerre commerciale entre les deux pays.

"Nous avons accru le pourcentage d'inspections ciblant le porc américain", a confirmé l'administration des Douanes, dans une télécopie envoyée à l'AFP, évoquant une "pratique conforme aux normes internationales".

Les douanes n'ont pas livré de détails, disant simplement avoir "décelé des problèmes" dans la viande importée des Etats-Unis. "Nous attendons des autorités américaines qu'elles assument leurs responsabilités réglementaires et garantissent la qualité des produits envoyés en Chine".

Il s'agit d'un enjeu crucial pour les Etats-Unis, qui ont exporté l'an dernier pour 1,16 milliard de dollars de porc en Chine, où il s'agit de la viande de choix des tables familiales.

En particulier, le géant asiatique offre un débouché lucratif pour les abats, pieds et oreilles, qui font les délices des gastronomes chinois mais se vendent difficilement ailleurs.

Or, des inspections plus fréquentes entraînent des retards conséquents dans l'acheminement des produits, au grand dam des firmes américaines.

Cette confirmation intervient alors que le puissant vice-Premier ministre chinois Liu He s'apprête à reprendre à Washington de cruciales négociations sino-américaines pour éviter une guerre douanière entre les deux puissances.

Ce proche du président Xi Jinping est arrivé dans la capitale américaine mardi, accompagné d'une importante délégation comprenant notamment le gouverneur de la banque centrale Yi Gang et le vice-ministre des Finances Zhu Guangyao, selon l'agence étatique Chine nouvelle.

- Autos et pommes -

Alors que s'envenime le contentieux commercial entre Pékin et Washington, qui pourrait déboucher le 22 mai sur l'imposition de tarifs américains punitifs sur des exportations chinoises, les anicroches douanières se multiplient.

Autre secteur américain clef ciblé par la Chine: l'automobile.

"Sur les quatre premiers mois de l'année, les principaux ports chinois ont détecté 652 lots de voitures venant des Etats-Unis qui n'étaient pas aux normes, soit 4.360 véhicules d'une valeur de 312,5 millions de dollars", ont indiqué les douanes à l'AFP.

Elles déplorent "l'augmentation relativement rapide" de la part (plus de 10%) des véhicules américains dans le total des voitures défectueuses identifiées aux douanes.

Selon plusieurs médias, le constructeur Ford aurait particulièrement souffert, voyant une partie de ses exportations bloquée et soumise à des "examens complémentaires".

Contacté par l'AFP, Ford a assuré qu'il "suivait attentivement la situation dans les ports".

Alors que la Chine est le principal marché à l'exportation pour les déchets solides américains, ceux-ci sont également visés.

Le 4 mai, Pékin a annoncé qu'il inspecterait désormais en détail "100% des déchets américains" importés par le pays, selon une notice des douanes republiée par une entreprise de recyclage.

D'après les autorités chinoises, entre janvier et avril, les Etats-Unis représentaient 43% des importations de déchets refusées par les douanes, avec 38 lots américains (9.400 tonnes), ayant été jugés "non conformes aux standards environnementaux". 

"Le risque attaché aux déchets solides américains est clairement élevé", commentent les douanes, assurant agir "pour protéger la santé (des Chinois) et l'environnement".

Enfin, une autre catégorie de produits avait été épinglée la semaine dernière. "Des insectes nuisibles ont été identifiés dans des pommes et rondins de bois importés des Etats-Unis", annonçaient les douanes, précisant que les lots incriminés étaient isolés en quarantaine, le temps de réaliser des tests.

Dans tous ces cas, l'administration chinoise réfute cibler "un pays en particulier".

Ses actions interviennent cependant sur fond du vif contentieux commercial sino-américain.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.