Pourquoi Facebook et Instagram sont boycottés par des grandes marques

Pourquoi Facebook et Instagram sont boycottés par des grandes marques
Facebook logo

Boursier.com, publié le mercredi 24 juin 2020 à 16h38

Le fabricant de glaces Ben & Jerry's (Unilever) a annoncé qu'il cessera de faire de la publicité sur Facebook à partir du 1er juillet et rejoint ainsi la campagne de boycott "Stop Hate for Profit"...

The North Face, Patagonia et désormais Ben & Jerry's... Le fabricant de glaces a annoncé mardi rejoindre la liste des grandes marques, qui ont décidé de boycotter le premier réseau social mondial, accusé de ne pas faire assez contre les messages de haine.

"A partir du 1er juillet, nous mettrons en pause toutes les publicités payantes sur Facebook et Instagram aux Etats-Unis, en soutien à la campagne 'Stop Hate For Profit' . Facebook doit prendre des mesures claires pour empêcher sa plateforme d'être utilisée pour propager le racisme et la haine", a ainsi indiqué le groupe américain Ben & Jerry's (Unilever).

La campagne "Stop Hate For Profit" est soutenue par la Ligue antidiffamation (ADL), l'Association nationale pour l'avancement des personnes de couleur (NAACP) et d'autres groupes de défense des droits. Un appel avait été lancé la semaine dernière pour inciter les annonceurs à boycotter les deux réseaux sociaux au mois de juillet.

"Les enjeux sont trop grands pour rester en retrait"

Les associations reprochent notamment à Facebook d'avoir intégré le site Breitbart, proche de l'extrême droite américaine, dans ses partenaires médias pour son fil d'actualité. Cette campagne vise ainsi à obtenir une meilleure régulation des groupes incitant à la haine, au racisme ou à la violence sur le réseau. "Patagonia est fier de se joindre à la campagne 'Stop Hate For Profit'", avait tweeté lundi la marque, indiquant stopper "immédiatement toutes publicités sur Facebook et Instagram, au moins jusqu'à la fin juillet".

"Des élections à une pandémie mondiale, en passant par la justice raciale, les enjeux sont trop grands pour rester en retrait et permettre à l'entreprise de continuer à être complice de la diffusion de fausses informations et la propagation de la peur et la haine", a ajouté l'entreprise californienne. North Face l'avait précédé la semaine dernière.

Des pubs de la campagne de Trump déjà retirées

Le site d'annonces d'emplois Upwork ou la société Internet Mozilla ont également rejoint le mouvement, selon 'The Guardian'. Le groupe automobile General Motors a de son côté indiqué ne pas vouloir s'engager "dans de grandes déclarations sur les plateformes", a indiqué Deborah Wahl, directrice mondiale du marketing, au 'Wall Street Journal'.

Jusqu'ici, la position de Facebook sur les publicités politiques consiste à laisser faire plutôt qu'à intervenir pour modérer ses contenus, alors que le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, a manifesté à plusieurs reprises ses désaccords avec Mark Zuckerberg au sujet de la modération. La semaine dernière, Facebook avait tout de même décidé de retirer des publicités publiées par la campagne électorale de Donald Trump, qui affichaient un triangle rouge inversé, un symbole utilisé par les nazis...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.