Pourquoi l'ascenseur social français est bloqué...

Pourquoi l'ascenseur social français est bloqué...
Illustration pour université-étudiants

Boursier.com, publié le lundi 18 juin 2018 à 04h49

Il faut 6 générations pour que les descendants d'une famille à faibles ressources atteignent le revenu médian contre 5 en moyenne dans les 24 pays de l'OCDE ! C'est le constat que dresse l'organisme dans un rapport. De quoi continuer à alimenter le débat après les propos tenus par le chef de l'Etat... Dans une vidéo publiée par l'Elysée, Emmanuel Macron affirmait ainsi que "les aides sociales coûtent trop de pognon en France" sans sortir "les gens de la pauvreté". Le président de la République doit d'ailleurs annoncer des mesures anti-pauvreté début juillet.

Reproduction sociale

En France, 35% des enfants dont le père a de faibles revenus ont à leur tour de faibles salaires et seulement 15% d'entre eux réussissent à avoir des revenus élevés. A l'inverse, 40% des enfants issus de familles aisées ont aussi de hauts revenus.

Le système éducatif en question

La mobilité sociale est faible et le système éducatif "joue un rôle" dans la reproduction sociale. "La France est loin des pays les plus performants en terme d'éducation (Corée, Canada, Japon) et reste en dessous de la moyenne de l'OCDE", note le rapport. 68% des enfants dont les parents ont fait des études supérieures obtiennent eux aussi un diplôme universitaire.

En revanche, seuls 17% des enfants dont les parents n'ont pas fait d'études accèdent à l'université...

Les pays nordiques en tête

L'ascenseur social semble donc bloqué en France, mais aussi en Allemagne... Les pays nordiques arrivent en haut de tableau. En Suède, trois générations suffisent à un enfant défavorisé pour atteindre le revenu médian et deux générations seulement au Danemark.

En bas de classement, le Brésil, l'Afrique du Sud et la Colombie où il faut entre 9 et 11 générations à un enfant issu d'une famille à faibles revenus pour gagner le salaire médian.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU