Prime Macron : un effet d'aubaine pour les entreprises ?

Prime Macron : un effet d'aubaine pour les entreprises ?
monnaie, euro

Boursier.com, publié le jeudi 02 juillet 2020 à 19h12

La prime exceptionnelle décidée après la crise des gilets a été s à des augmentations de rémunération ni à des primes prévues aurait de toute façon été versée sous une forme différente, selon l'Insee.

C'était une des mesures phare décidées par le gouvernement dans la foulée de la crise des "Gilets jaunes"... La prime exceptionnelle de pouvoir d'achat (Pepa), plus connue sous le nom de "Prime Macron", a été versée en 2019 à environ 5,5 millions de salariés en France.

"Plus de 400.000 établissements ont versé près de 2,2 milliards d'euros à 4,8 millions de salariés, soit en moyenne 401 euros par salarié bénéficiaire", selon une note publiée jeudi par l'Insee, reprenant les chiffres de l'Acoss. Les entreprises pouvaient accorder ce coup de pouce d'un montant maximal de 1.000 euros exonérée de cotisations sociales et d'impôt sur le revenu, à l'ensemble de leurs salariés dont la rémunération en 2018 n'excédait pas un plafond fixé par l'entreprise et dans tous les cas inférieur ou égal à trois Smic annuels.

Les salaires ont moins monté

Mais l'Insee voit un effet d'aubaine pour certains. "Des établissements auraient sans doute versé, sous une forme différente, au moins une partie du montant de cette prime en l'absence de cette mesure", estime l'institut. Il note d'ailleurs que les salaires (hors prime exceptionnelle) ont plus faiblement progressé entre le premier trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 dans les établissements ayant versé la prime que dans les autres (écart de dynamisme de 0,4 point).

Le secteur de la finance et de l'assurance a nettement plus utilisé la prime Pepa que les autres, "tant en propension à verser la prime aux salariés (35% des établissements de ce secteur ont recouru au dispositif et 90% des salariés éligibles au sein de ces derniers en ont bénéficié) qu'en montant moyen perçu par bénéficiaire (692 euros)". C'est également le cas, dans une ampleur légèrement moindre, pour les différents secteurs industriels, hors industries agroalimentaires, ajoute l'Insee.

Dans le commerce, le transport, certaines activités de services ainsi que l'industrie agroalimentaire, les salariés ont moins fréquemment bénéficié de la prime, et pour des montants moyens plus modestes. En particulier, l'hébergement restauration a versé les primes moyennes par bénéficiaire les plus faibles (307 euros).

Peu dans l'information-communication

Dans le secteur de l'information communication, moins d'un salarié éligible sur deux au sein des établissements versant la prime l'a effectivement perçue, mais le montant moyen perçu par bénéficiaire a été parmi les plus élevés (525 euros, soit le troisième secteur le plus généreux).

Les secteurs d'activité où les salariés ont le plus bénéficié de la prime sont aussi ceux habituellement les plus rémunérateurs. Les salaires (hors prime exceptionnelle) versés par les établissements ayant eu recours au dispositif de prime Pepa sont d'ailleurs plus élevés, de 25% en moyenne au premier trimestre 2019, que ceux versés par les autres établissements.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.