Privatisation ADP: appel à rassemblement le 30 novembre à Paris

Privatisation ADP: appel à rassemblement le 30 novembre à Paris
Collecte de signatures pour demander un référendum sur la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), le 5 octobre 2019 à Marseille

AFP, publié le mercredi 13 novembre 2019 à 13h10

Des partis, syndicats et ONG opposés à la privatisation d'Aéroports de Paris appellent à un rassemblement le 30 novembre pour soutenir les signatures réclamant la tenue d'un référendum d'initiative partagée (RIP), a annoncé mercredi la CGT.

La mobilisation est prévue place de la République à Paris le samedi 30 novembre à partir de 14H00.

Quelque 924.000 soutiens à un RIP sur la privatisation d'Aéroports de Paris avaient été enregistrés par le Conseil constitutionnel à la date du 6 novembre.

"Ce référendum d'initiative partagée est un enjeu de société crucial: soit abandonner la gestion des richesses nationales et des biens communs aux entreprises privées pour le plus grand bonheur de leurs actionnaires; soit préserver ces biens, afin de réorienter leur usage, pour la justice sociale et la défense de l'environnement", écrit la CGT dans un communiqué, qui appartient à un collectif d'une trentaine d'organisations opposées à ce projet.

Selon elle, l'expérience récente des privatisations des autoroutes "illustre bien le projet actuel du gouvernement: vendre des infrastructures publiques pour enrichir quelques-uns, tandis que la privatisation ne bénéficie pas à la majorité qui doit payer pour les profits des actionnaires".

Les 30 organisations souhaitent donc "accélérer" le processus de signatures et "atteindre le million".

Parmi elles, des partis comme EELV, le Parti de Gauche, le PCF, Génération.s, des syndicats (Solidaires, la FSU, CGT, Unef) ou encore de la Fondation Copernic, Femmes Egalité ou de Fakir.

Elles ont aussi lancé un site commun, privatisercestvoler.fr, qui recense les différents documents et outils de mobilisation.

Depuis le 13 juin et durant neuf mois, les électeurs inscrits sur les listes électorales peuvent apporter leur soutien à la proposition de loi initiée par des parlementaires de droite comme de gauche, réclamant la tenue d'un référendum sur la privatisation du groupe aéroportuaire. 

Pour être validée, cette proposition doit être approuvée par un dixième des électeurs inscrits, soit 4.717.396 personnes d'ici à la mi-mars. Le seuil du million est symbolique: il correspond au chiffre avancé par Emmanuel Macron pour l'organisation d'un RIP à l'avenir, dans la perspective de la réforme constitutionnelle présentée fin août.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.