Privée de public, la Fashion Week de New York s'efforce de soutenir la mode américaine

Chargement en cours
Essayage en vue du défilé Flying Solo, à New York le 11 septembre 2020
Essayage en vue du défilé Flying Solo, à New York le 11 septembre 2020
1/3
© AFP, Angela Weiss

AFP, publié le dimanche 13 septembre 2020 à 07h19

Quasiment aucun défilé avec public, pandémie oblige, très peu de grands noms, une ville désertée, la Fashion Week de New York, qui s'ouvre dimanche, n'a pourtant pas renoncé et veut aider les designers américains à survivre à une crise inédite.

Ne cherchez pas Michael Kors, Tommy Hilfiger ou Ralph Lauren, habituels poids lourds du calendrier. Ils ne seront pas de cette semaine de la mode qui ne durera qu'un peu plus de trois jours, de dimanche soir à mercredi.

Désireux d'écouler une partie des stocks considérables accumulés depuis le début de la pandémie, parfois handicapés par une chaîne de production tournant au ralenti, ils ne présenteront leurs nouvelles collections que plus tard, hors calendrier.

Quant à Marc Jacobs, il a carrément renoncé à son millésime printemps-été 2021.

Le seul géant au rendez-vous sera Tom Ford, qui présentera sa collection en virtuel pour la clôture, mercredi soir.

Sa présence est un symbole de la volonté du syndicat américain de la mode (CFDA), dont il est le président, de soutenir les designers américains de toutes les tailles, parfois au bord de l'asphyxie.

Historiquement, le prêt-à-porter américain haut de gamme s'appuie beaucoup sur les grands magasins, déjà mal en point et tombés les uns après les autres avec la pandémie, de Barneys à Lord & Taylor, en passant par Neiman Marcus.

Le défilé en public a quasiment disparu du calendrier cette saison, à quelques très rares exceptions, dont Jason Wu, en ouverture dimanche soir, ou Rebecca Minkoff, qui présentera ses créations mardi.

Même si New York fait désormais partie des meilleurs élèves américains, les Etats-Unis ont toujours le plus grand mal à contrôler l'épidémie, ce qui explique le décalage avec les Fashion Week de Paris, Milan ou Londres, où les défilés publics seront beaucoup plus nombreux.

- "Aller de l'avant" -

Outre le risque sanitaire, "quand vous essayez simplement de payer le plus d'employés possible et de ne pas licencier davantage ou mettre au chômage technique, dépenser plusieurs millions de dollars dans un défilé n'a aucun sens", a fait valoir Tom Ford dans un entretien au site spécialisé Women's Wear Daily.

Grand pragmatique, le quinquagénaire à l'éternel costume noir ne prévoit pas de saison "normale" avant l'automne 2021.

Pour aider les designers américains à tenir, le CFDA a investi dans une nouvelle plateforme, baptisée Runway360, accessible gratuitement aux designers et qui permet aux maisons de présenter leurs collections et de créer un événement virtuel autour de leurs créations.

Plus de cinquante des quelque 70 designers inscrits au calendrier de cette Fashion Week new-yorkaise utiliseront Runway360. Cette semaine, plusieurs d'entre eux ont filmé des séquences dans New York avant de mettre en ligne leur contenu vidéo le jour dit.

Même privée de défilés physiques, "la mode reste un business et la Fashion Week est une plateforme qui permet aux designers de fonctionner économiquement", explique à l'AFP Steven Kolb, directeur général du CFDA. Avec, à la clef, "des emplois: c'est un gagne-pain, donc il faut aller de l'avant, mais prudemment, avec la sécurité (sanitaire) à l'esprit", dit-il.

Plusieurs jeunes designers voient dans cette période inédite "l'occasion d'avoir de la visibilité", explique Geoffrey Owens, couturier afro-américain qui présente dimanche sa toute première collection, sous la marque Zoonek, lors du défilé Flying Solo.

Il y a un an seulement, ce pasteur coupait les cheveux dans son salon de coiffure de Virginia Beach (Virginie), tout en rêvant de mode. Déjà habile en dessin, il a appris à coudre en 30 jours, et a pu "activer (son) don". "Depuis, les portes n'ont pas arrêté de s'ouvrir".

"Les grandes marques ne présentent pas (cette saison), donc je pense que j'ai plus de chances" de percer, abonde Mohamed ElMadawy, d'origine égyptienne et installé à New York depuis 2012.

Lui aussi présentera la collection de sa marque Elmadawy dimanche avec Flying Solo, une boutique pointue de Soho qui repère et valorise des créateurs émergents.

Pour Geoffrey Owens, les créateurs ont un rôle à jouer "pour donner le la" à la société tout entière et "nous sortir (...) des ténèbres" dans lesquels nous vivons depuis six mois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.