Production de masques : la France ne dépend plus de la Chine, assure Pannier-Runacher

Production de masques : la France ne dépend plus de la Chine, assure Pannier-Runacher
Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie.

Boursier.com, publié le mardi 25 août 2020 à 13h56

La France sera en mesure de produire 100 millions de masques chirurgicaux et FFP2 par semaine au mois de décembre, contre 50 millions actuellement et 60 millions prévus en octobre...

A quelques jours du début du port obligatoire en entreprise, la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher a affirmé ce mardi que la France était désormais en capacité de s'appuyer sur sa production nationale et sur celle du continent européen pour se fournir en masques de protection.

Selon elle, le pays sera en mesure de produire 100 millions de masques chirurgicaux et FFP2 par semaine au mois de décembre, contre 50 millions actuellement et 60 millions prévus en octobre. "Nous avons multiplié par 30 notre production de masques sanitaires", a-t-elle souligné sur 'Cnews'.

S'il existe "encore des flux d'approvisionnement depuis la Chine", la ministre déléguée assure que "nous sommes capables de faire face" si "la Chine ferme". "Nous ne sommes plus dépendants de la Chine", a-t-elle insisté.

"Nous devons être fiers de notre filière textile"

Agnès Pannier-Runacher a également tenu à vanter les mérites des masques réutilisables en textile, qui restent "moins chers" et "au regard du Covid, aussi efficaces". "Nous devons être fiers de notre filière textile", a-t-elle estimé, rappelant dans le même temps qu'une utilisation d'un masque textile revient à 10 centimes d'euros environ, contre 95 centimes maximum pour un masque jetable.

La ministre déléguée a néanmoins relevé un "point de difficulté aujourd'hui" en France. Il s'agit des "gants", dont la fabrication dépend de l'approvisionnement en latex. Mi-août, le ministre de la Santé Olivier Véran avait annoncé avoir commandé 400 millions de gants qui devraient arriver "dans les prochains jours", reconnaissant également une "tension sur les gants".

Pas de gratuité du masque pour tous

Par ailleurs, la ministre déléguée a fermé définitivement la porte à la gratuité du masque pour tous. Agnès Pannier-Runacher a annoncé que l'Etat continuerait d'équiper "ceux qui en ont le plus besoin", mais il est "légitime" que les entreprises assument également ces coûts, a-t-elle ajouté.

Selon ses estimations, le surcoût des mesures sanitaires peut atteindre 10% à 15%, ce qui n'est "pas négligeable", mais "ce n'est pas à l'Etat de se substituer aux chefs d'entreprise par rapport à ces coûts", a-t-elle affirmé, avant d'ajouter : "L'économie de marché, c'est aussi de payer les vrais coûts". La question de la gratuité du masque pour tous avait notamment été relancée dimanche dernier par Jean-Luc Mélenchon depuis l'université d'été de La France insoumise...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.