Protocole sanitaire : les entreprises peuvent proposer des tests rapides aux salariés volontaires

Protocole sanitaire : les entreprises peuvent proposer des tests rapides aux salariés volontaires
Elisabeth Borne, ministre du travail

Boursier.com, publié le vendredi 30 octobre 2020 à 12h47

"Ces actions de dépistage doivent être intégralement financées par l'employeur et réalisées dans des conditions garantissant la bonne exécution de ces tests et la stricte préservation du secret médical", indique le nouveau protocole...

A la suite de l'instauration d'un nouveau confinement pour enrayer la progression de l'épidémie de Covid-19, le gouvernement a publié dès jeudi soir sur son site un nouveau protocole sanitaire. Outre l'accent sur le télétravail, ce texte, qui doit permettre d'assurer la santé et la sécurité des travailleurs face à l'épidémie, contient d'autres évolutions. En effet, les employeurs vont pouvoir proposer aux salariés volontaires des tests rapides de dépistage du nouveau coronavirus.

"Au-delà des campagnes de dépistage organisées par les autorités sanitaires et auxquelles les entreprises peuvent participer, les employeurs peuvent, dans le respect des conditions réglementaires, proposer à ceux de leurs salariés qui sont volontaires, des actions de dépistage", indique en effet la nouvelle version du protocole national dans les entreprises.

Sur 'LCI' jeudi, la ministre du Travail avait expliqué que ce changement de règle devait permettre aux entreprises "qui ont, pour un certain nombre effectivement fait cette demande, de réaliser des tests au sein de l'entreprise".

"Préservation du secret médical"

"A cette fin, la liste des tests rapides autorisés et leurs conditions d'utilisation ont été rendus disponibles par les autorités de santé. Ces actions de dépistage doivent être intégralement financées par l'employeur et réalisées dans des conditions garantissant la bonne exécution de ces tests et la stricte préservation du secret médical. En particulier, aucun résultat ne peut être communiqué à l'employeur ou à ses préposés", précise le texte.

Par ailleurs, concernant les tests sérologiques, "les indications définies par les autorités sanitaires à ce stade ne permettent pas d'envisager des campagnes de tests sérologiques par les entreprises", souligne le protocole.

Les tests rapides pour ne pas "saturer" les laboratoires

Selon Elisabeth Borne, "si on peut permettre aux entreprises de faire ces tests, c'est parce qu'on a les nouveaux tests, les fameux tests antigéniques, qui ne nécessitent pas de passer par un laboratoire de biologie" qu'il ne fallait pas "saturer". Avec les tests antigéniques, le résultat peut en effet être connu en 10 à 30 minutes, contre plusieurs jours pour les tests dits RT-PCR (qui donnent actuellement les résultats les plus performants).

Parmi les autres évolutions du protocole sanitaire en entreprise, on retrouve notamment le télétravail porté à 100% pour les activités qui le permettent. "Lorsque le télétravail ne peut être accordé, il convient d'assortir le travail présentiel de mesures de protection complémentaires dans des conditions de sécurité renforcée", comme avec la mise à disposition d'un masque chirurgical par l'entreprise au travailleur, précise le texte.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.