Puy du Fou : pas de nouvelle dérogation pour accueillir plus de public ce week-end

Puy du Fou : pas de nouvelle dérogation pour accueillir plus de public ce week-end
Puy Du fou

Boursier.com, publié le mardi 18 août 2020 à 17h16

Selon les informations de 'Ouest France', le préfet de la Vendée n'a pas accordé de dérogation à la jauge maximale de 5.000 personnes pour les prochaines représentations de la Cinéscénie les 21 et 22 août...

Suite à la polémique survenue ce week-end concernant l'obtention d'une dérogation pour dépasser la jauge de 5.000 personnes, le parc du Puy du Fou ne bénéficiera pas d'une nouvelle autorisation préfectorale pour atteindre les 9.000 places pour les prochaines représentations de la Cinéscénie les 21 et 22 août prochains.

Cette décision se base "sur la réévaluation de la situation sanitaire locale et nationale, les données les plus à jours confirmant une dégradation qui s'accélère", a expliqué la préfecture de la Vendée, citée par 'Ouest France' ce mardi. "Dans la mesure où la Cinéscénie draine un public venu de l'ensemble du territoire national, ces éléments doivent nécessairement être pris en considération", a également rappelé la préfecture.

Elle ajoute par ailleurs qu'elle travaillera avec le parc à "l'adaptation du protocole qu'appelle l'évolution de la situation sanitaire", pour "permettre l'examen de nouvelles demandes de dérogation pour des représentations ultérieures".

"Il n'y a eu aucun passe-droit"

Pour rappel, un arrêté de la préfecture de Vendée avait autorisé le Puy du Fou à accueillir jusqu'à 9.000 personnes pour son spectacle nocturne, le samedi 15 août, suscitant une controverse en raison de la proximité qu'Emmanuel Macron entretient avec Philippe de Villiers, cofondateur du Puy du Fou il y a plus de 40 ans et figure du courant souverainiste désormais retiré de la vie politique.

Lundi, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot avait alors assuré que le parc d'attraction médiéval n'avait bénéficié d'aucun passe-droit ni d'aucune faveur. "Il n'y a eu aucun passe-droit pour le Puy du Fou", a-t-elle affirmé sur 'BFMTV', en soulignant que la dérogation préfectorale avait été accordée moyennant le respect de "normes de sécurité très contraignantes".

Le Puy du Fou "prend acte" de cette décision

Contacté par 'Ouest France', le Puy du Fou "prend acte" de cette décision. "Depuis le début de la crise sanitaire, c'est l'État qui décide, en l'occurrence, c'est la préfecture. On respecte et on appliquera, bien sûr, les décisions prises par l'État", a indiqué David Nouaille, en charge du marketing et de la communication du parc.

"Même si ça s'était bien passé au 15 août, on savait que cette dérogation n'était valable que pour une date. On savait que ça pouvait être réévalué. Si la préfecture souhaite que des points du protocole soient améliorés, on le fera", a-t-il ajouté...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.