Qatar: les salaires des travailleurs étrangers ne sont pas garantis

Qatar: les salaires des travailleurs étrangers ne sont pas garantis
Des travailleurs étrangers sur le chantier du stade Lusail, à 20 km au nord de Doha (Qatar), le 20 décembre 2019

AFP, publié le lundi 17 février 2020 à 07h44

Les salaires des travailleurs étrangers au Qatar pourraient ne pas être versés dans ce riche pays gazier du Golfe qui prépare activement le Mondial-2022, a affirmé l'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW).

Les étrangers constituent 90% des 2,75 millions d'habitants du pays et la plupart sont employés sur les chantiers de la Coupe du monde de football de 2022.

A la suite de critiques de HRW et Amnesty International, le pays a mis en place en 2015 un système pour prévenir le non-versement des salaires.

Mais une entreprise qatarie n'a pas payé ses cadres pendant cinq mois et ses ouvriers pendant deux mois, mettant en évidence les failles de ce système, a relevé HRW dans son rapport publié samedi.

L''entreprise, dont le nom n'a pas été fourni, participe à la construction de l'un des stades du Mondial. Elle emploie 6.000 personnes et les salaires de certains travailleurs n'ont été versés qu'après un mouvement de protestation malgré l'interdiction de toute action sociale au Qatar, a indiqué HRW.

"Le Qatar a adopté certaines lois pour protéger les travailleurs migrants, mais les autorités semblent plus intéressées à promouvoir ces réformes mineures dans les médias qu'à les appliquer", a déploré Michael Page, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient.

Selon l'ONG, les salaires des cadres de l'entreprise non identifiée devraient être versés le 16 février tandis que ceux des ouvriers l'ont été le 7 février.

Un rapport conjoint publié en juin 2019 par le ministère qatari du Travail et l'Organisation internationale du travail (OIT) avait souligné que "les abus salariaux (...) sont encore beaucoup trop fréquents" dans le pays.

Toutefois, le nouveau système a permis de "payer les salaires plus rapidement et de réduire une série d'abus salariaux", a ajouté ce rapport.

Sous la pression de défenseurs des droits humains et de syndicats internationaux, le Qatar est en train de réformer sa législation du travail.

Il a ainsi annoncé en octobre des dispositions visant à annuler des règles controversées appliquées aux travailleurs migrants, qui les empêchaient notamment de changer d'entreprise sans autorisation de l'employeur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.