Quand le réchauffement climatique menace de faire grimper le prix de la bière

Quand le réchauffement climatique menace de faire grimper le prix de la bière©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 16 octobre 2018 à 16h02

C'est la boisson alcoolisée la plus consommée dans le monde... La bière pourrait elle aussi faire les frais du réchauffement climatique, selon une étude très sérieuse de l'Université d'East Anglia. En cause, des vagues de chaleur extrêmes et des sécheresse de plus en plus fréquentes, qui menaceraient la production de l'orge - l'un des principaux ingrédients de la bière.

Dans certains pays, les prix de la bière pourraient plus que doubler durant les années de sécheresse, avec un bond de 200% par exemple en Irlande et au Canada. En Pologne, l'envolée serait même de plus de 400%, selon l'étude publiée dans la revue 'Nature Plants'. La hausse serait plus limitée aux Etats-Unis (+34%). De quoi en tout cas faire chuter la production mondiale de 16% dans le monde, durant les années de fortes chaleurs.

Un peu léger ?

Des recherches antérieures avaient déjà montré que le changement climatique menaçait les vignes ou le café, mais jusqu'à présent, les scientifiques ne s'étaient pas penchés sur l'impact du réchauffement climatique sur l'orge. La majeure partie de cette céréale est produite pour l'alimentation animale et la production de bière. Les effets de la hausse des températures sur la bière seront sensiblement moins graves si les émissions de gaz à effet de serre sont réduites de leur trajectoire actuelle, selon l'étude.

Les chercheurs admettent que s'arrêter sur le problème de l'orge dans les conséquence du réchauffement climatique peut sembler un peu léger, alors que des vies sont en danger partout sur la planète. "Une partie de la population ne se soucie pas du changement climatique ou de son impact, mais si nous disons à ces personnes que cela va affecter leur vie quotidienne et leur mode de vie, ils prendront peut-être le temps de réfléchir", se défend Dabo Guan, l'auteur principal de l'étude, interrogé par l'agence Bloomberg.

S'adapter

Les industriels se sont penchés sur le problème et essaient de s'adapter au réchauffement climatique. Le brasseur Anheuser-Busch InBev étudie par exemple de nouvelles variétés d'orges, plus résistantes. Promouvoir des pratiques de culture durables qui aident à réduire la consommation d'eau fait partie des autres pistes lancées par les professionnels.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.