Quatre bulles spéculatives qui ont marqué l'histoire

Chargement en cours
 Le siège de la Banque du Japon (g), qui a pratiqué une politique crédit très bon marché dans les années 1980, et de la Bourse de Tokyo, dans le centre de Tokyo le 26 mai 2007

Le siège de la Banque du Japon (g), qui a pratiqué une politique crédit très bon marché dans les années 1980, et de la Bourse de Tokyo, dans le centre de Tokyo le 26 mai 2007

1/4
© AFP
A lire aussi

AFP, publié le lundi 11 décembre 2017 à 15h24

Le Bitcoin, monnaie virtuelle dont le prix connaît actuellement une envolée hors norme, ayant dépassé dimanche les 18.000 dollars l'unité au cours de sa première séance de cotation sur une Bourse américaine, fait redouter le scénario déjà vu d'une "bulle spéculative".

Voici quelques exemples de bulles spéculatives parmi les plus spectaculaires - et dévastatrices - de l'histoire.

La "tulipomanie" hollandaise

La tulipe, fleur venue d'Orient et cultivée depuis peu en Europe du Nord, fait l'objet au début du 17e siècle d'un engouement sans précédent et devient le symbole de luxe par excellence en Hollande.

Démarre alors une incroyable spéculation sur le commerce de ses bulbes, considérée par certains spécialistes comme la première bulle spéculative de l'histoire moderne.

Des gens vont aller jusqu'à hypothéquer leurs maisons ou vendre leur commerce pour acheter un seul bulbe, qui à un moment donné a atteint un prix équivalent à 150.000 dollars actuels.

Un bulbe de tulipe s'échangeait ainsi contre de la terre, du bétail et de l'immobilier, et pouvait même être acceptée en dot de mariage!

Les prix ont fini par s'effondrer en 1637, entraînant la faillite de banques et ruinant ceux qui avaient été fascinées par la belle fleur jusqu'au bout.

La bulle japonaise

Au milieu des années 1980, l'économie japonaise dominait le monde, grâce aux exportations massives de ses produits électroniques de haute qualité et à la technologie avancée, à tel point que tout semblait être "made in Japan".

Encouragé par ce triomphe commercial et une politique monétaire ultra-accommodante, l'indice vedette de la Bourse de Tokyo, le Nikkei, a frisé fin décembre 1989 les 39.000 points, son record absolu à ce jour, et la capitalisation boursière des firmes japonaises représentait presque la moitié de la valeur des entreprises cotées du monde entier.

Avec ces montagnes de liquidités disponibles et le crédit très bon marché, les spéculateurs ont investi dans l'immobilier, faisant flamber les prix. A l'apogée de la bulle, il se disait que le domaine du Palais impérial, au coeur de Tokyo, valait autant que tout l'immobilier de Californie.

Quant la bulle a éclaté au début des années 1990, le retour de bâton a été sévère. La chute des actions et des prix immobiliers a ruiné des millions de ménages et d'entreprises au Japon, plombant la consommation, l'investissement et faisant tomber le pays dans une spirale néfaste de baisse des prix (déflation). Ce que les économistes ont appelé la "décennie perdue" du Japon a laissé des traces jusqu'à aujourd'hui.

La bulle internet

A la fin des années 1990, l'euphorie autour de l'essor d'internet a valu à des sociétés d'informatique et de télécommunications d'être valorisées en milliards de dollars, alors que leur modèle d'activité et leur technologie étaient souvent loin d'être mûrs.

Certains pionniers de l'internet faisaient fortune du jour au lendemain, les investisseurs se ruant sur toute société avec un nom de domaine ".com". En 2000-2001, au sommet de la bulle, la fusion AOL Time Warner était le mariage d'entreprises le plus cher de l'histoire.

Dès 1996 pourtant, le président de la Réserve fédérale américaine Alan Greenspan avait mis en garde contre "l'exubérance irrationnelle" des marchés d'actions. Mais c'est au début des années 2000 que la bulle a éclaté, entraînant des faillites d'entreprises ".com" en cascade, une descente aux enfers de l'indice technologique Nasdaq à Wall Street et des pertes abyssales pour de nombreux investisseurs.

La crise des subprimes

Le secteur des prêts hypothécaires à risque ("subprimes") a enflé aux Etats-Unis à partir du début des années 2000, reposant notamment sur le pari d'une hausse sans fin des prix immobiliers.

Le risque associé à ces crédits alloués à des ménages modestes était en théorie dilué en les regroupant et en les transformant en titres financiers, revendus par les banques à des investisseurs en quête de rendements élevés, dans un contexte de taux d'intérêt bas.

Mais à partir de 2006-2007, la baisse surprise du marché immobilier américain a entraîné la chute des subprimes, et dans son sillage celle de nombreux instituts financiers, notamment la banque d'affaires américaine Lehman Brothers en 2008.

Les marchés boursiers se sont effondrés, le chômage a explosé et le système bancaire mondial n'a dû son salut qu'à l'intervention massive des Etats et des Banques centrales. Aux Etats-Unis, des millions d'Américains, dont les crédits hypothécaires ne valaient plus rien, se sont retrouvés à la rue.

 
2 commentaires - Quatre bulles spéculatives qui ont marqué l'histoire
  • avatar
    pigeonxxl38 -

    la "caisse d'épargne" ou la grande casse de mon épargne , peu de temps avant l'année 2000 ou cette banque avait changé radicalement de statut , correspondant avec l'arrivée au pouvoir de dirigeants mafieux véreux voir des criminels bien identifiés , qui n'étaient pas sans ignorer que les marchés boursiers au plus haut perchés la fête allait bientôt se terminer que tout allait se casser le nez , et moins d'une année après c'était bien ce qui était arrivé ! l'objet du crime dans mon cas coïncidence incroyable c'était l'assurance-vie nuances 3d dynamique + a la bourse adossée que sous la pression autoritaire de ces gros cochons qui avaient élevé la criminelle spéculation a hauteur d'institution , avec comme conséquence a l'agence on m'avait vivement conseillé de résilier un P.E.L. que je devais normalement prolonger , bien entendu plus rien ne peut être prouvé de qui avait prit l'initiative de cette décision et la somme reportée sur la saleté indiquée ! allait suivre en 2001 Doublo qui n'aura jamais bouger d'un iota sur 6 années mieux en étant amputé des droits d'inscription et ceux d'être bien gardé , le moins dévastateur toutefois , année 2006 la caisse d'épargne en collaboration avec les banques populaires avaient "sorti" les foireuses et assassines actions natixis ! décidément tout récemment rien ne peut les arrêter ces gredins , dans les agences caisse d'épargne ou dans leurs toujours crétines publicités a la télé , surement vous avez dut y voir : pour vous être utile en prenant des risques on peut quelquefois gagner de l'argent , le tout illustré par un groupe de jeunes gens attendant sur un rocher et un autre se jetant délibérément a l'eau en souriant , édifiant non ?

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    de la censure, encore de la censure, toujours de la censure sur le Forum Orange.
    Et bien puisque sur la rubrique Finance, un bug est là ...... moi aussi
    référence à l'article :
    Election de Wauquiez : le silence assourdissant des ténors des Républicains
    Statut : refusé
    Il y a 27 minutes
    le 11 12 2017 à 16 08



    En tous cas c'est une sacré défaite pour Juppé qui une fois encore voit sa théorie du centre proprement rangée sur l'étagère avec son poulain classé bon dernier;

    A La primaire de la droite Juppé balayé, à la tête de L'UMP Juppé et M. Calan balayés! et ce brave, ces braves gens vont encore expliquer que si la France va mal depuis 40 ans (parce que c'est un coup centre droit et le coup d'après centre gauche ...)et bien c'est parce qu'on a pas essayé assez le centre !
    Si si ils vont oser , je prends les paris.

    mais ou est donc passé M. Bayrou de PAu, il n'a plus de commentaires indispensables à la vie des Français à formuler ?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]